Australie: Course contre la montre pour sauver les derniers cétacés échoués

Publié

AustralieCourse contre la montre pour sauver les derniers cétacés échoués

Plus de 200 globicéphales ont perdu la vie sur une plage de Tasmanie. Les secours et les habitants s’activent pour tenter de sauver les survivants.

Les causes de cet échouage ne sont pas totalement connues.

Les causes de cet échouage ne sont pas totalement connues.

AFP

Les secouristes australiens tentaient, vendredi, de remettre à flot les derniers dauphins-pilotes qui ont survécu après s’être échoués sur une plage de Tasmanie. Plus de 200 de leurs congénères ont déjà péri. Moins d’une dizaine de ces mammifères noirs et brillants sont encore en vie, ont expliqué vendredi, les services de la faune sauvage de l’État.

«La priorité reste de sauver et remettre à flot les animaux encore vivants» et ceux qui s’échouent à nouveau sur la côte, a souligné Brendon Clark, responsable au sein du service des parcs et de la faune de Tasmanie. Trois globicéphales n’ont pas encore pu être atteints, car trop éloignés du rivage et en raison des conditions de marée difficiles, a-t-il déclaré aux journalistes présents sur les lieux.

La prochaine étape, a-t-il détaillé, sera d’enlever les carcasses. Car abandonnées dans des eaux peu profondes ou sur la plage, elles pourraient attirer des requins ou transmettre des maladies. Les experts de la faune sauvage maritime déployés sur la plage travaillaient vendredi, sous une fraîche bruine à leur complexe opération de sauvetage qui dure depuis mercredi, jour où les animaux ont été retrouvés. Un tracteur équipé d’une fourche a été utilisé pour traîner les carcasses des dauphins-pilotes morts le long de la côte, désormais alignés avec leur queue pointant vers l’océan glacial.

«Magnifiques et intelligents»

Une longue corde blanche relie des dizaines de globicéphales morts les uns aux autres, afin qu’ils puissent être remorqués en mer pour y être largués. Les prévisions météorologiques indiquent que la «meilleure opportunité» pour ce faire serait dimanche, a souligné Brendon Clark. En ce qui concerne les animaux ayant survécu, des employés de la société d’élevage marin Petuna Aquaculture de Tasmanie ont aidé à les relâcher dans la mer.

«C’est extrêmement triste de voir ces animaux magnifiques et intelligents sur la terre ferme où ils ne devraient pas être», a déploré Depha Miedecke, directrice générale de la stratégie chez Petuna. «Nous irons jusqu’au bout pour retirer aussi, malheureusement, les baleines qui n’ont pas survécu».

Déjà un drame il y a deux ans

Macquarie Harbour, où a eu lieu ce phénomène, a été le théâtre il y a presque deux ans jour pour jour d’un autre échouage massif, impliquant près de 500 dauphins-pilotes. Plus de 300 d’entre eux étaient alors morts, malgré les efforts de dizaines de bénévoles qui ont lutté pendant des jours dans les eaux glaciales de la Tasmanie pour libérer les animaux.

Les causes de ces importants échouages ne sont pas totalement connues. Des chercheurs ont suggéré qu’ils pourraient être causés par des groupes de cétacés qui s’égareraient après s’être nourris trop près de la côte. Ces globicéphales, qui peuvent faire jusqu’à six mètres, étant des animaux très sociables, ils peuvent suivre les membres de leur groupe qui s’égarent et se retrouvent en danger.

(AFP)

Ton opinion

8 commentaires