16.10.2020 à 09:06

CommentaireCouvre-feu en France, remède pire que le mal?

Vu de Suisse, c’est un pari risqué que fait Emmanuel Macron, qui pourrait voir son autorité contestée dans la rue par une vague d’indiscipline.

par
Eric Felley
L’avenue des Champs-Elysées est appelée à devenir déserte à partir de 21 heures. Les Parisiens devront se dépêcher de rentrer chez eux et malheur à qui sera en retard.

L’avenue des Champs-Elysées est appelée à devenir déserte à partir de 21 heures. Les Parisiens devront se dépêcher de rentrer chez eux et malheur à qui sera en retard.

Getty Images/iStockphoto

«Les 20 millions de Français des zones en alerte maximale s’apprêtent à vivre leurs dernières heures de liberté avant l’entrée en vigueur des couvre-feux», écrit ce vendredi «Le Figaro» sur un ton solennel. À partir de ce soir minuit, il y aura les Français en zone libre et les autres en zones occupées par le coronavirus. Une séparation qui rappelle de sombres moments de l’Histoire. Mais le quotidien français présente déjà un reportage sur «Ces Français qui ne respecteront pas le couvre-feu» et qui dénoncent «une intrusion intolérable» dans leur sphère privée.

Vu de Suisse, on se demande bien comment ce couvre-feu va être respecté par nos amis français. Ne risque-t-il pas de plonger les nuits dans les métropoles concernées entre chasses à l’homme, batailles rangées, voitures incendiées et vitrines brisées? Certains mettent en garde, car ce sont les jeunes en premier qui sont visés par cette mesure et chez qui la frustration risque de provoquer des débordements et des provocations.

Les nuits prochaines diront si le remède choisit par Emmanuel Macron est pire que le mal. Avec un couvre-feu, c’est clairement la référence à un état de guerre avec l’intransigeance que cela suppose. Il faudra faire respecter l’autorité avec tous les dérapages prévisibles dans le jeu du gendarme et des briseurs de couvre-feu.

Sur ces 20 millions de Français confinés chez eux, combien seront-ils réfractaires? Quelques centaines? Des milliers? Pour Emmanuel Macron, ce nombre aura valeur de sanction de sa politique, bien au-delà de la seule gestion de la pandémie… Vu de Suisse, cette situation pourrait faire plaisir à certains, qui aiment se gausser du chaos français. Mais pour les autres, c’est bien dommage, car la France commence à nous manquer cette année.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
104 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Jacques

17.10.2020 à 10:01

Le couvre feu ne servira absolument à rien car il faudra juste traverser la rue et se retrouver dans une autre région pour pouvoir faire la fête.

Chris Debrabant

16.10.2020 à 12:50

Etrange. Ainsi le virus ne circulerait pas quand les gens se rendent à leurs occupations (travail, écoles, etc...) !? La technique PCR a été mise au point par le chimiste Kary B. Mullis en 1986, prix Nobel de chimie en 1993. Ce qu'il en dit : « Si la PCR était un bon outil pour la recherche, c’était un très mauvais outil en médecine, en clinique. Le PCR se distingue en cela. C'est un procédé utilisé pour faire beaucoup de choses à partir de quelque chose. Ça ne dit pas si vous êtes malades. Ça ne dit pas que la chose que vous avez contractée va réellement vous nuire... » Alléluia ! Macron-Pétain nous rejoue du Macron-Pétain. Pour ceux qui ont du temps, lisez la vidéo you tube Quelle humanité pour demain ? Dr. Carrie Madej dès minute 5. Longuette, mais pleine d'enseignements. Perso, ça m'a permis d'ordonner les infos recueillies dans différents disciplines.

BUCO

16.10.2020 à 12:32

"Ne risque-t-il pas de plonger les nuits dans les métropoles concernées entre chasses à l’homme, batailles rangées, voitures incendiées et vitrines brisées ?" Personnellement, je pense que l'on peut s'y attendre. A quelque part, la France des villes s'effondre, alors que celle des campagnes devrait encore tenir le cap. Pour nous, habitants de Suisse, demeurons plus que jamais raisonnables et, au niveau des loisirs, sachons demeurer confinés chez nous