Suisse: Covid-19: cantons et Confédération accordent leurs violons

Publié

SuisseCovid-19: cantons et Confédération accordent leurs violons

La présidente de la Confédération a rencontré ses homologues des cantons, mardi, pour uniformiser les réponses à adopter face à la pandémie.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, accompagnée du président de la Conférence des gouvernements cantonaux Christian Rathgeb, s'est exprimé rapidement à l'issue de la rencontre qui a eu lieu au Bernerhof à Berne.

La présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga, accompagnée du président de la Conférence des gouvernements cantonaux Christian Rathgeb, s'est exprimé rapidement à l'issue de la rencontre qui a eu lieu au Bernerhof à Berne.

KEYSTONE

Les représentants des cantons et du Conseil fédéral se sont rencontrés mardi pour accorder leurs violons concernant le coronavirus. La discussion s'est déroulée sous l'égide de la présidente de la Confédération Simonetta Sommaruga.

Il ne s'agit pas d'un sommet de crise, mais d'une discussion, a souligné Mme Sommaruga au terme de la rencontre à Berne. Depuis le début de la pandémie, la collaboration entre les cantons et la Confédération est bonne. Celle-ci est nécessaire dans cette situation. Il est important de se rencontrer régulièrement d'autant plus que les décisions à prendre sont difficiles, a-t-elle ajouté.

Des perspectives plus éloignées

La discussion a porté sur des questions à court terme, mais aussi des perspectives plus éloignées, a relevé le conseiller d'Etat grison Christian Rathgeb, président de la Conférence des gouvernements cantonaux. Personne ne sait jusqu'à quand la situation actuelle va durer.

La présidente de la Confédération a convoqué ses homologues des cantons la semaine dernière. Plusieurs cantons souhaitent une réglementation uniforme en vue de l'organisation de grands événements dès le 1er octobre.

La Conférence des directeurs cantonaux de la santé s'est prononcée en faveur d'une prolongation de l’interdiction des manifestations comptant plus de 1000 personnes jusqu'à la fin de l’année, en raison de la situation épidémiologique encore instable.

(ATS/NXP)

Ton opinion