États-Unis: Covid: elle décède après une greffe de poumons infectés
Publié

États-UnisCovid: elle décède après une greffe de poumons infectés

Un cas rarissime de transmission du coronavirus par transplantation a eu lieu dans le Michigan.

par
Renaud Michiels
Trois jours après la greffe l’Américaine avait développé des symptômes du Covid.

Trois jours après la greffe l’Américaine avait développé des symptômes du Covid.

iStock

Une Américaine du Michigan est décédée du coronavirus lautomne dernier. Elle a été infectée lors d’une double greffe pulmonaire, qui avait eu lieu deux mois auparavant, relate NBC. Ce serait le premier cas d’une transmission du coronavirus lors d’une greffe aux États-Unis. Et le seul sur les quelque 40 000 transplantations recensées dans le pays l’an dernier.

Les poumons transplantés venaient dune femme décédée suite à un accident de voiture. Des prélèvements dans le nez et la gorge de la défunte comme de la femme attendant la transplantation avaient été négatifs.

«Nous naurions absolument pas utilisé les poumons si le test Covid avait été positif», a affirmé Daniel Kaul, directeur du service des maladies infectieuses et des greffes du Michigan et coauteur d’un rapport sur ce cas publié dans l’«American Journal of Transplantation». «Tous les tests que nous faisons normalement et que nous sommes capables de faire, nous les avons faits», a-t-il ajouté, parlant d’un «cas tragique».

Fièvre, difficultés respiratoires

Trois jours après la greffe l’Américaine avait développé des symptômes du Covid comme de la fièvre et des problèmes respiratoires. Un nouveau test avait été mené et elle avait bien été infectée par le coronavirus. Tout comme d’ailleurs un chirurgien qui avait opéré lors de la greffe. Les spécialistes ont alors testé des échantillons issus des voies respiratoires de la donneuse et ils se sont aussi avérés positifs. L’Américaine avait bel et bien été contaminée lors de la greffe.

La receveuse a été traitée avec du Remdesivir et du plasma d’anciens malades mais son état s’est détérioré et elle a fini par succomber, 61 jours après la greffe.

Le Dr Daniel Kaul a noté que suite à ce cas tester des échantillons des voies respiratoires inférieures du donneur seraient utiles, mais que ça peut être compliqué de le faire dans le temps imparti dans le cas d’une greffe.

Très rare

De manière générale les transmissions virales lors de transplantations sont rares et sont constatées dans moins de 1% des cas.

En ce qui concerne le coronavirus elles seraient plus rares encore car, outre les tests effectués avant toute transplantation, on ne sait actuellement pas si d’autres organes que les poumons infectés par le virus comme le cœur, le foie ou les reins pourraient le transmettre au receveur. «Il semble pour les donneurs non pulmonaires quil peut être très difficile de transmettre le coronavirus, même si le donneur l’a», a noté Daniel Kaul.

Votre opinion