Publié

ValaisCrash de Zinal: l'avion avait déjà connu des problèmes techniques

L'aéronef, qui s'est abîmé vendredi au Col Durand tuant ses quatre occupants, avait déjà fait l'objet d'une enquête du Service suisse de sécurité en été 2016.

par
Evelyne Emeri
Le Robin DR 400/180 appartenait au Groupe de Vol à Moteur de Sion. En août 2016, il avait dû atterrir d'urgence en raison d'un dégagement de fumée alarmant.

Le Robin DR 400/180 appartenait au Groupe de Vol à Moteur de Sion. En août 2016, il avait dû atterrir d'urgence en raison d'un dégagement de fumée alarmant.

GVM Sion

Le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) a rendu un rapport sommaire d'accident en date du 9 septembre 2016 concernant le même avion, qui s'est écrasé 150 m en contrebas du Col Durand, au–dessus de Zinal (VS). L'aéronef de type Robin DR 400/180 au bord duquel deux Vaudois, vivant en Valais central, et deux Danois en villégiature avaient pris place pour ce qui aurait dû être un vol de plaisance vendredi après-midi, a connu un problème électrique le 25 août 2016 à 17h17 précisément, ainsi que l'indique le document du SESE.

En pleine canicule aussi

Propriété du Groupe de Vol à Moteur de Sion, l'engin - construit en 1995 - était piloté, lors de l'incident d'août 2016, par un citoyen français, né en 1980. Le quadriplace comptait deux autres occupants. Aucun des trois passagers n'avait été blessé. Le motif de l'intervention du bureau d'enquête sur les accidents d’aviation est clairement notifié: fumée à bord au moment du décollage et du vol de montée.

Les deux câbles électriques qui avaient surchauffé en août 2016 par une journée aussi caniculaire que celle de vendredi.

Les deux câbles électriques qui avaient surchauffé en août 2016 par une journée aussi caniculaire que celle de vendredi.

S'agissant du déroulement, les experts du SESE précisent qu'après l'embarquement à bord de l'avion stationné sur le parking pendant une après-midi particulièrement chaude, le pilote a dû attendre quelques instants en raison du trafic au final de la piste 25 avant de s'aligner sur la piste par la voie de circulation. Lors du roulage à pleine puissance, une légère fumée blanche est apparue dans la cabine. Le pilote - qui volait à vue - a continué le décollage qui s'est passé normalement.

Fumée et odeur d'huile

A une hauteur d'environ 1000 pieds, soit environ à 300 m au–dessus du sol, le Français aux commandes a constaté une nouvelle vague de fumée blanche plus importante que la première, accompagnée d'une odeur d'huile. Il a décidé d'avertir la tour de contrôle immédiatement, l'informant qu'il rejoignait le vent arrière pour effectuer une petite volte en vue d'un atterrissage sans délai sur la piste 25.

Vendredi en fin de journée, l'avion de type Robin s'est crashé 150 m en contrebas du Col Durand, tuant ses quatre occupants.

Vendredi en fin de journée, l'avion de type Robin s'est crashé 150 m en contrebas du Col Durand, tuant ses quatre occupants.

Les pompiers ont attendu que le Robin quitte la piste après son atterrissage d'urgence et ont fait débarquer les occupants. Après la confirmation par les hommes du feu qu'il n'y avait pas de flammes ni de traces de feu, l'aéronef a été tracté sur le parking. Au cours de l'inspection effectuée le lendemain, les enquêteurs ont rapidement découvert la raison de l'évènement: une surchauffe de deux câbles électriques faisant partie de l'alimentation de différents interrupteurs. Le matériel défectueux avait été remplacé sur–le–champ.

Pour rappel, le crash de ce même avion au–dessus de la station du val d'Anniviers a fait quatre morts vendredi vers 16h45: un pilote chevronné de 54 ans et son fils de 21, ressortissants vaudois domiciliés en Valais, ainsi qu'une mère de famille danoise de 59 ans et son garçon de 20 ans, résidant au Danemark.

evelyne.emeri@lematin.ch

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!