Simplon: Crash en Valais: le couple et son bébé étaient londoniens
Actualisé

SimplonCrash en Valais: le couple et son bébé étaient londoniens

Les trois occupants de l'avion, qui s'est abîmé au col du Simplon (VS), arrivaient de Londres. Accompagnés de leur bébé, les parents avaient fait escale à Lausanne pour la nuit avant de redécoller de l'aérodrome de la Blécherette.

par
Evelyne Emeri
Le couple voyageait régulièrement à bord de son Piper. Dimanche, les deux Londoniens et leur bébé ont perdu la vie sur un flan du col du Simplon.

Le couple voyageait régulièrement à bord de son Piper. Dimanche, les deux Londoniens et leur bébé ont perdu la vie sur un flan du col du Simplon.

Facebook

Il était compositeur. Elle était saxophoniste et clarinettiste. Ils s'étaient mariés il y a tout juste trois ans. Domiciliée à Londres, la famille venait de s'agrandir avec l'arrivée de leur premier enfant. Fous d'aviation, les deux Londoniens avaient fait l'acquisition d'un Piper PA-28 Arrow depuis plusieurs années et voyageaient régulièrement avec leur engin comme en témoignent leurs récits sur les réseaux sociaux.

Partis de Londres samedi matin

Ce week-end, les jeunes parents avaient choisi de prendre le large, direction l'Italie, en compagnie de leur nourrisson. Samedi matin, ils décollent des environs de la capitale anglaise. Ils font une première escale à Troyes (F) à 13h36, puis une deuxième à Lausanne où ils posent à l'aérodrome de la Blécherette à 17h24. Ils passeront la nuit à Lausanne avant de redécoller dimanche vers 9h30. Avec, en ligne de mire, Pérouse, la capitale de l'Ombrie.

Leur belle aventure trouvera son triste épilogue environ une heure plus tard sur un flanc du col du Simplon. Leur avion s'écrase et s'enflamme. L'impact ne leur laissera aucune chance. Sur Flightradar24, on remarque que le Piper vole bas: 1800-1900 m d'altitude (env. 6000 pieds). Il traverse le lac Lausanne – Villeneuve, suit la trajectoire de l'autoroute jusqu'à Sierre, se retrouve au-dessus de Brig au col du Simplon, qui culmine à 2008 m.

Volait-il trop bas?

Sous la conduite du Ministère public de la Confédération, le Service suisse d'enquête de sécurité (SESE) a immédiatement amorcé les investigations tendant à comprendre les circonstances exactes du crash survenu dimanche. Personne ne communique encore à ce stade de l'enquête préliminaire. En revanche, la basse altitude de l'appareil tout au long du trajet étonne les professionnels de l'aviation.

En fonction de la densité de l'air liée à l'altitude et à la température, les performances globales de l'avion peuvent diminuer et la portance varier. Le Piper n'a sans doute pas pu grimper à pleine puissance vers le col valaisan et le père de famille qui pilotait aurait visiblement mal évalué la marge de sécurité. Dimanche, il faisait chaud. Le support Skyguide de météo aéronautique pour l'aviation légère avait précisément émis une alerte «altitude/densité» ce jour-là.

Le pilote a-t-il décroché?

L'engin a-t-il dès lors décroché (ndlr. perte de portance) et plongé? La carcasse, le transpondeur, l'analyse fine du parcours emprunté et de l'option basse altitude donneront la réponse d'ici plusieurs mois. A ce stade, l'erreur humaine apparaît la plus probable.

evelyne.emeri@lematin.ch

Votre opinion