Suisse: Credit Suisse se veut confiant dans l'industrie
Publié

SuisseCredit Suisse se veut confiant dans l'industrie

Parmi les branches encore à la peine, les sous-traitants de l'horlogerie vont continuer à souffrir.

Credit Suisse pronostique une légère détente pour le commerce de détail.

Credit Suisse pronostique une légère détente pour le commerce de détail.

Keystone

Durant le 3e trimestre, la plupart des secteurs industriels ont enregistré une baisse de leurs chiffres d'affaires par rapport à la même période de 2015. Mais la tendance devrait lentement s'inverser. Selon les économistes de Credit Suisse, le creux de la vague semble être surmonté un peu partout.

Pour le secteur de la construction de machines, Credit Suisse (CS), dans son moniteur du 3e trimestre, juge les perspectives modérément positives. En se basant sur l'environnement global, les économistes de la grande banque prédisent une légère croissance des chiffres d'affaires en 2017 dans cette branche.

L'industrie métallurgique a aussi surmonté les effets les plus graves de l'abandon du taux plancher entre le franc et l'euro. Il est toutefois prématuré de parler d'un large rétablissement, note Credit Suisse. La pression sur les prix et les importations reste forte.

Signaux positifs

Si des signaux positifs se manifestent aussi dans le secteur de la construction, les sous-traitants de l'horlogerie devraient en revanche continuer à souffrir de l'hémorragie qui touche cette branche.

Outre l'industrie, Credit Suisse pronostique aussi une légère détente pour le commerce de détail et l'hôtellerie et la restauration. Pour le commerce de détail, le moral des consommateurs ne devrait plus se détériorer davantage, grâce à la stabilité prévue du marché du travail.

Dans l'hôtellerie et la restauration, les économistes de CS s'attendent à ce que l'effet du franc fort se résorbe lentement et qu'ainsi le nombre de visiteurs en provenance de la zone euro et les prix des chambres se normalisent. En 2017, les touristes suisses devraient aussi jouer un rôle stabilisateur.

En revanche, le comportement des voyageurs chinois est difficile à prévoir pour l'année prochaine. En ce moment, la mauvaise conjoncture dans leur pays, les procédures compliquées d'obtention de visas et les attentats terroristes en Europe freinent leurs envies de voyager.

(ats)

Votre opinion