Bilan 2015: Criminalité: Genève doit se réinventer
Publié

Bilan 2015Criminalité: Genève doit se réinventer

La baisse du nombre d'infractions dans le canton de Genève, observée depuis 2012, s'est arrêtée.

Pour Pierre Maudet, la capacité de la police genevoise d'agir sur la criminalité a atteint un palier.

Pour Pierre Maudet, la capacité de la police genevoise d'agir sur la criminalité a atteint un palier.

Keystone

Le canton de Genève a atteint un palier dans sa capacité à agir sur la criminalité, a indiqué lundi le conseiller d'Etat Pierre Maudet, interprétant les activités de la police cantonale de 2015. La baisse du nombre d'infractions, observée depuis 2012, s'est arrêtée.

Les chiffres montrent même une hausse de la criminalité en général. Cette augmentation est toutefois essentiellement due à un comptage systématique des combinaisons d'infractions, un vol avec effraction dans un véhicule donnant lieu aussi à la saisie d'une infraction pour dommages à la propriété, par exemple.

Le total des infractions au Code pénal a ainsi connu une hausse de 6% dans le canton de Genève d'une année à l'autre. Avec l'ancienne méthode de comptage, la situation serait restée stable. Selon la police genevoise, Genève n'est pas le seul canton à n'avoir pas systématiquement saisi les combinaisons d'infractions.

Drogues en France voisine

Les statistiques de 2015 montrent une légère hausse des infractions avec violence, à cause d'une augmentation des lésions corporelles simples et des menaces, a relevé la cheffe de la police genevoise Monica Bonfanti. En revanche, les actes de brigandage sont en recul, mais leur nombre reste élevé comparé à la moyenne en Suisse.

Le même constat est tiré avec les cambriolages, qui diminuent de 20% en comparaison de l'année 2014, ce qui n'empêche pas le canton de Genève de continuer à occuper la plus haute marche du podium dans ce domaine en Suisse. Le nombre de vols a aussi connu une baisse l'an dernier, mais il demeure important par rapport au reste du pays.

La lutte contre le trafic de stupéfiants semble, pour sa part, porter ses fruits à Genève, avec une baisse observée au centre-ville. Ce fléau ne disparaît pas pour autant. Le réseau de distribution de la drogue a connu un éclatement. Le trafic s'est déplacé ailleurs, en France notamment, à Annemasse ou à Annecy.

Collaboration avec la France

Pour Pierre Maudet, la capacité de la police genevoise d'agir sur la criminalité a atteint un palier. Une approche différente de l'action policière sera nécessaire pour que les chiffres sur la criminalité repartent à la baisse. La collaboration devra ainsi s'accroître avec les polices municipales et les forces de l'ordre françaises.

Le conseiller d'Etat attend également avec impatience le bilan cet automne de l'expérience de vidéosurveillance. Il s'agira de déterminer si ce moyen de police peut être étendu. Les effectifs des forces de l'ordre devront aussi être renforcés, notamment pour la police de proximité et la police routière.

Le niveau de la criminalité est aujourd'hui le même dans le canton de Genève que celui d'il y a dix ans, a fait remarquer Pierre Maudet. «Mais on peut toujours faire mieux et on ne peut jamais être pleinement satisfait dans ce domaine», a-t-il ajouté.

(ats)

Votre opinion