Syndicats: Criminels étrangers: l'USS contre l'initiative UDC
Publié

SyndicatsCriminels étrangers: l'USS contre l'initiative UDC

L'Union syndicale suisse (USS) dit «non» à l'initiative UDC pour le renvoi effectif des étrangers criminels.

L'UDC ne veut pas de criminels étrangers sur le sol suisse, mais est divisée sur le sort des ressortissants étrangers de deuxième génération.

L'UDC ne veut pas de criminels étrangers sur le sol suisse, mais est divisée sur le sort des ressortissants étrangers de deuxième génération.

Keystone

Pour l'Union syndicale suisse, l'initiative agrarienne sur le renvoi des criminels étrangers constitue une menace pour beaucoup de membres de syndicats et leurs descendances qui vivent et travaillent en Suisse.

«L'initiative est une attaque directe contre les nombreux 'secondos' qui ont toujours vécu ici et contre leur famille», a déclaré mardi à Berne Paul Rechsteiner, président de l'USS lors de sa conférence annuelle. Beaucoup de syndiqués sont concernés de près, a-t-il poursuivi.

Affaiblir les droits humains

Quiconque commet un délit doit être puni, mais il ne doit pas de surcroît perdre sa vie sociale en étant expulsé. «Les 'secondos' appartiennent à la Suisse», estime le St-Gallois.

Avec ce texte, l'UDC souhaite affaiblir les droits humains et certaines valeurs centrales de la constitution suisse, comme le principe de proportionnalité et la séparation des pouvoirs. Pour le président de l'USS, il s'agit d'une votation centrale qui concerne toute la société ainsi que l'économie.

(ats)

Votre opinion