Football - Cris racistes: Milan veut une enquête sur les fans de la Lazio
Publié

FootballCris racistes: Milan veut une enquête sur les fans de la Lazio

Dimanche à Milan, les joueurs de Milan Tiémoué Bakayoko et Franck Kessié auraient été pris à partie par des supporters romains. Le club veut des réponses.

Franck Kessié, ici à la lutte avec Ciro Immobile, aurait reçu des insultes racistes durant le match.

Franck Kessié, ici à la lutte avec Ciro Immobile, aurait reçu des insultes racistes durant le match.

AFP

L’AC Milan a annoncé lundi saisir la Fédération italienne de football pour qu’elle enquête sur des cris racistes présumés dont son milieu de terrain français Tiémoué Bakayoko et son coéquipier, Franck Kessié, affirment avoir été la cible de la part de supporters de la Lazio dimanche.

Dans un message sur Twitter, le club rossonero indique «avoir décidé de saisir» la Fédération «afin que la lumière soit faite sur les cris provenant du secteur des supporters visiteurs» lors du match Milan-Lazio, (2-0) dimanche soir à San Siro.

Plus tôt dans la journée, le milieu de terrain français avait accusé, dans un message sur Instagram, «certains supporters de la Lazio» d’être à l’origine de «cris racistes envers moi et Franck Kessié». «Nous sommes forts et fiers de notre couleur de peau. J’ai pleine confiance dans notre club pour les identifier», a ajouté Bakayoko, sorti sur blessure peu après son entrée en jeu.

Les dernières saisons, à l’exception de la dernière, disputée quasi intégralement à huis clos, ont été émaillées d’incidents réguliers lors des rencontres de championnat en Italie, notamment avec la banalisation des «cris de singes».

Le Français Blaise Matuidi, notamment, en avait été la cible, il y a trois ans, tout comme Mario Balotelli il y a deux ans de la part de supporters du Hellas Vérone et de la Lazio Rome, club qui a l’une des pires réputations en la matière.

En novembre 2019, les vingt clubs de Serie A avaient publié «une lettre ouverte à tous ceux qui aiment le football italien» pour «dire basta» et dénoncer «le racisme dans les stades» qui est un «motif de frustration et de honte». Mais les sanctions sont généralement assez faibles dans ce genre de cas.

(AFP)

Votre opinion