Hockey sur glace – Les ZSC Lions peuvent-ils tout se permettre?
Publié

Hockey sur glaceCross-check de Barberio: Zurich peut-il tout se permettre?

Invectives, attaques personnelles et désormais coup de pression en pleine procédure. La Ligue va-t-elle réagir?

par
Jérôme Reynard
Peter Zahner, CEO des ZSC Lions.

Peter Zahner, CEO des ZSC Lions.

Marc Schumacher/freshfocus

Il y avait eu les invectives à la bande et les déclarations aux médias de Rikard Grönborg («Barberio est encore plus en surpoids que la saison passée et il n’arrive pas à suivre»; «le No 3 peut à peine patiner»). Des propos condamnés par la Ligue, mais qui ne seront pas sanctionnés.

«Nous allons discuter avec les dirigeants des ZSC Lions. Il y a des émotions datant des derniers play-offs entre ces deux équipes, mais cette réaction et ces déclarations, c’était trop. La Ligue appelle au respect, à la loyauté, au fair-play et elle espère que cela va se calmer», nous avait dit lundi son responsable de la communication, Reto Bürki.

Il y a désormais ce message signé Peter Zahner, CEO du club zurichois, mardi soir sur le site et les réseaux sociaux du Z. Une publication qui s’insurge encore contre le comportement de Mark Barberio, auteur d’un nouveau dérapage dimanche au Hallenstadion (un cross-check sur Garrett Roe, dont la mâchoire est cassée), et qui met clairement la pression sur la Ligue en pleine procédure, montage vidéo à l’appui.

Le capitaine du LHC a dépassé les limites, sept mois après de premiers incidents, en pleins quarts de finale des play-off, face aux ZSC Lions déjà (Andrighetto). Il sera sanctionné (décision mercredi?). Mais de son côté, Zurich peut-il se permettre cette attitude?

Selon le règlement de l’organisation juridique du sport d’élite de la Ligue, relayé par plusieurs spécialistes sur la toile mardi soir, «les clubs, les joueurs, les entraîneurs, les officiels, etc. ne sont pas autorisés à informer des tiers au sujet d’une demande d’ouverture de procédure ni à prendre position face à des tiers en ce qui concerne une procédure en cours».

Par ailleurs, «les infractions constatées aux directives régissant la communication peuvent faire l’objet de sanctions disciplinaires», peut-on encore lire. La Ligue va-t-elle réagir?

Votre opinion