Actualisé 11.10.2019 à 14:18

LangueCrotchon? Cugignon? Quignon? Les Romands sont divisés

Comment nomme-t-on l’extrémité d’un pain? Ça dépend: presque chaque canton romand possède son terme spécifique.

von
lematin.ch
En francophonie, il existe une centaine de variantes pour désigner l'extrémité d'un pain.

En francophonie, il existe une centaine de variantes pour désigner l'extrémité d'un pain.

iStock

Sur certains termes régionaux, les Romands sont tous d’accord. Sur d’autres, ils sont irréconciliables, à l’image du 80, qui est fermement quatre-vingts à Genève, dans le Jura, le Jura bernois et à Neuchâtel. Mais résolument huitante dans les cantons de Vaud, de Fribourg et - dans une moindre mesure - du Valais. Le linguiste Mathieu Avanzi a déniché un autre terme qui divise tout le monde ou presque: le bout d’un pain.

Dans son ouvrage «Parlez-vous (les) français» (Ed. Armand Colin), sorti ce mercredi, il cartographie de nombreuses expressions régionales de la francophonie. Dont l’extrémité du pain. Ses résultats sont basés sur des sondages en ligne et, de manière globale, en Suisse, c’est le crotchon ou crochon qui est le plus cité, comme on peut le voir sur la carte générale disponible dans son atlas.

On remarque que nos voisins Français sont partagés entre croûton et quignon, même si d’autres variantes existent: croustet, crougnon et, en Belgique, le cul (du pain).

Mais Mathieu Avanzi nous a fourni le détail pour la Suisse romande. Et ça se complique diablement. Verdict? À Neuchâtel et dans le Jura bernois on parle majoritairement de trognon. Dans la majeure partie du Jura, plutôt de croûtion ou croûton. Vaudois et Valaisans préfèrent crotchon ou crochon (voire crotson ou encore crodzon). Les Genevois plutôt quignon. Et à Fribourg, enfin on dit plus souvent cugignon ou parfois gousignon.

Bref, ce sera difficile de nous mettre d’accord… Qu’en penser? Une nouvelle fois, on peut voir l’importance décisive des frontières cantonales sur nos expressions, puisque la carte des extrémités du pain ressemble furieusement à celle des divisions entre cantons.

Maître de conférences à la Sorbonne, Mathieu Avanzi note aussi une certaine influence de la France sur nos expressions, surtout aux frontières. Les Genevois disent quignon, comme leurs voisins français les plus proches. Idem pour les Jurassiens, qui disent croûton, comme leurs voisins français les plus directs.

Une centaine de variantes

Mais le linguiste retient aussi qu’il s’agit d’«un bel exemple de survivances des parlers aujourd’hui moribonds». Il précise d’ailleurs que plus d’une centaine de variantes ont été repérées dans la francophonie. «Ce sont des formes hybrides ou apparentées à «croûton» et «quignon», mixées parfois avec «cul» et/ou «croûte», avec une variation phonétique énorme», précise-t-il.

Exemples? Retenez votre souffle: bouzignon, chignon, cougnon, cousignon, craûtat, cretchon, cretchu, cretson, creugnon, creutchon, crochnion, crognion, crognon, cronechon, cronnechon, croque, croston, crota, crotât, crotze, crôtze, crotzon, crounchon, crousignon, croustillant, croustou, croùtch, croutchignon, croutchon, croutchou, croute, croutet, croutitch, croutzon, crozzon, cruchignon, cruchon, crutchon, cuchignon, cuchugnon, cuchunion, cudjon, cugignion, cugignon, cuginion, cugnon, cujigno, cujignon, cujugnon, cul, cul de pain, cul du pain, creutchon, culchignon, cul-jugnion, entamant, entame, entameau, gijignon, gnougnou, gougignon, goujignion, goujunion, goupf, gousignon, gousinion, gouzillon, grognet, gudgignon, gugignon, guginion, guigno, guignon, guijignon, guisignon, gujignon, gujugnon ou gusignon.

Tout ça pour un pain qui n’a que deux bouts? Ils sont fous ces francophones.

Renaud Michiels

Vous pouvez participer

Pour continuer ses enquêtes sur les expressions régionales, le linguiste Mathieu Avanzi a toujours besoin de participants répondant à ses questionnaires en lignes. Il cherche surtout des Valaisans, mais pas seulement. C’est ludique et c’est sur ce site web.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!