Publié

AllemagneD'une fusion, naîtra un géant bancaire

Les banques allemandes DZ Bank et WGZ-Bank ont annoncé ce jeudi leur intention de fusionner courant 2016.

Le CEO de DZ Bank, Wolfgang Kirsch (à droite), et le CEO de WGZ Bank, Hans-Bernd Wolberg (à gauche), ce 19 novembre 2015.

Le CEO de DZ Bank, Wolfgang Kirsch (à droite), et le CEO de WGZ Bank, Hans-Bernd Wolberg (à gauche), ce 19 novembre 2015.

AFP

DZ Bank et WGZ-Bank vont fusionner dans le courant de l'année à venir. Cette opération doit donner naissance à la troisième plus grosse banque d'Allemagne.

La nouvelle structure, qui continuera à porter le nom DZ Bank, doit démarrer ses opérations «le 1er août 2016» et aura «un potentiel de synergies d'au moins 100 millions d'euros», ont expliqué les deux banques lors d'une conférence de presse.

Des économies qui conduiront à «une réduction modérée du personnel», dont les modalités restent à préciser, a expliqué Wolfgang Kirsch, patron de l'actuelle DZ Bank et qui dirigera aussi le nouvel établissement. DZ Bank et WGZ-Bank emploient à l'heure actuelle près de 32'500 personnes en Allemagne.

La nouvelle entité sera organisée sous forme de holding, qui supervisera les activités des différentes filiales des deux banques. Ses actifs combinés pèseront 500 milliards d'euros (541 milliards de francs), ce qui en fera la troisième banque d'Allemagne en matière de bilan.

Elle se classera ainsi derrière l'écrasant leader du marché allemand Deutsche Bank, dont le bilan pèse quelque 1700 milliards, et Commerzbank, avec ses 564 milliards, mais d'une courte tête devant la banque publique d'investissement KfW.

Plus grosse opération depuis 2010

La fusion représente la plus grosse opération du secteur bancaire allemand depuis 2010, lorsque Deutsche Bank avait avalé Postbank - pour finalement décider en 2015 de s'en séparer.

DZ Bank, dont le siège est à Francfort (sud-ouest) et qui opère dans toute l'Allemagne, et WGZ-Bank, basée à Düsseldorf (ouest) et qui ne travaille que dans l'ouest du pays, chapeautent à elles deux environ 1000 antennes dédiées à la banque populaire et coopérative. Elles sont d'importants partenaires pour les entreprises de taille moyenne, le fameux «Mittelstand» allemand.

Avec cette fusion, les deux banques mènent à bien un projet qui avait maintes fois échoué. La dernière tentative avortée date de 2009, où elles avaient expliqué renoncer à cause de la crise financière.

Elles se sont depuis redressées et enregistrent des bénéfices solides depuis trois ans, a souligné Hans-Bernd Wolberg, patron de WGZ-Bank et futur numéro deux de la nouvelle banque. «C'est la bonne mesure, au bon moment», a-t-il estimé.

Secteur pointé du doigt

L'opération est aussi un premier pas vers une consolidation du secteur bancaire allemand, régulièrement pointé du doigt par de nombreux acteurs en Allemagne pour sa trop faible rentabilité.

Organisée autour de trois piliers - privé, public et mutualiste -, l'industrie bancaire du pays compte quelque 1775 établissements, dont la majeure partie appartient au vaste archipel des petites banques coopératives locales.

Comme leurs consoeurs européennes, les banques allemandes souffrent des très faibles taux d'intérêt, du poids croissant de la réglementation et de la concurrence de nouveaux acteurs du monde numérique. Ces difficultés sont d'autant plus compliquées à surmonter pour les petits établissements, dotés d'une assise financière moins solide que celle des grands groupes.

La fusion entre DZ Bank et WGZ-Bank doit permettre de gagner en efficacité et d'améliorer l'assise financière de la future entité, a ajouté M. Kirsch, sans donner d'objectif chiffré. La future banque doit économiser grâce à la complémentarité de ses activités, mais aussi en évitant les investissements redondants et en rationalisant son système informatique.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!