Publié

Sports motorisésDakar: l’heure des premiers comptes

A la veille de la seule journée de repos du Dakar 2021, samedi à Ha’il, l’indécision reste totale. Entre deux équipages sur quatre roues... et une dizaine de pilotes à moto.

par
Jean-Claude Schertenleib
Carlos Sainz y croit encore un peu.

Carlos Sainz y croit encore un peu.

Red Bull Content Pool via AFP

L’étape de jeudi, entre Riyadh et Buraydah a été compliquée et elle a laissé des traces, de nombreux concurrents n’ayant rejoint le bivouac que tard dans la soirée, voire franchement dans la nuit. Corollaire: David Castera, le patron du Dakar, a décidé de retarder d’une heure le départ de l’étape du jour, Buraydah – Ha’il et de la raccourcir d’une centaine de kilomètres.

A la veille de la journée de repos, l’heure est aux premiers comptes. Sur quatre roues, si Carlos Sainz (Mini) a dominé l’étape du jour, la victoire finale devrait se jouer entre le Français Stéphane Peterhansel (Mini) et le Qatari Nasser Al-Attiyah (Toyota), qui a repris 18 secondes à son grand adversaire. Le nouvel écart au classement général est de 5’53 à l’avantage de «Monsieur Dakar» (13 victoires à l’actif de Peterhansel), qui sait néanmoins que rien n’est encore dit.

A plus de 40 minutes, Carlos Sainz peut-il encore inquiéter les deux leaders? Le Madrilène est conscient que sa première partie du rallye n’a été de loin pas parfaite: «Nous avons perdu deux fois 30 minutes, je ne peux donc pas être très content de ce que nous avons montré jusqu’ici. Il faut analyser cela le plus calmement possible, mais il est certain qu’avec les nouvelles règles concernant le road-book – les équipages ne découvrent l’étape du jour juste avant le départ, ils ont 20 minutes pour tenter d’en déchiffrer les pièges principaux -, c’est une nouvelle philosophie du rallye-raid qui doit être adaptée.» Sébastien Loeb, triangle de suspension cassé après 97 kilomètres, a dû attendre son assistance pour tenter de réparer.

Moto: c’est toujours «à toi, à moi...»

Sur deux roues, l’incertitude est toujours totale. Vainqueur de l’étape de la veille qu’il a terminée avec une fracture du nez et des douleurs à une cheville, l’Argentin Kevin Benavides (Honda) a cédé la tête du classement général à l’Australien Toby Price (KTM), au terme d’une journée marquée par la troisième victoire d’étape du millésime 2021 de l’Espagnol Joan Barreda Bort (Honda).

Au général, les 13 premiers se retrouvent en moins de 20 minutes; c’est dire que tout est encore possible en deuxième semaine, une seconde partie de rallye qui commencera, dimanche, par une étape dite «marathon», 737 km, dont 471 de spéciale, le tout sans assistance puisque seuls les concurrents auront accès à un parc de travail pour intervenir sur leurs machines.

La délégation suisse complète

Tous les Suisses du Dakar 2021 sont encore en course. Aux côtés de Cyril Despres (9e de l’étape du jour, 17e au général), Mike Horn poursuit sa mission. Et si les deux Rebellion ont connu leur lot de galères depuis le début de la course – Romain Dumas a notamment été heurté par un concurrent l’autre jour, alors qu’il était bloqué au pied d’une dune – les deux buggys du team vaudois pointent respectivement aux 43e (Pesci) et 44e (Dumas) places du classement général provisoire.

En véhicules dit légers, le Genevois Vincent Gonzalez a connu son lot d’émotions (un triple tonneau d’entrée de cause lors de la première étape, avant de se battre avec des soucis électroniques), mais il est toujours en course. Le Lausannois Nicolas Brabeck-Letmathe (voire vidéo ci-dessus) est parvenu à adapter au pilotage de son buggy Can-Am la régularité qui avait fait de lui, sur deux roues, un pilote qui terminait le Dakar: «Aujourd’hui, il n’y avait que du sable, mon équipier Bruno Bony a fait un super boulot... même si on a failli heurter un chameau. Depuis le début de la course, nous avons essayé de ménager la machine et cette tactique est payante, puisque nous n’avons rien cassé», explique Brabeck, désormais 28e du général.

A noter dans cette catégorie l’exploit du jour: la victoire d’un Américain de 18 ans, Seth Quintero, qui devient du même coup le plus jeune vainqueur de l’histoire du fameux rallye-raid.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
0 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé