13.09.2016 à 10:20

SyrieDamas dit avoir abattu deux appareils israéliens

L'Etat hébreu a immédiatement démenti, mardi, la perte d'un avion de combat et d'un drone de reconnaissance.

La région de Qouneitra, où l'avion militaire israélien aurait été abattu par l'armée syrienne, est régulièrement secouée par des échanges de tirs, internes à la Syrie ou avec Israël.

La région de Qouneitra, où l'avion militaire israélien aurait été abattu par l'armée syrienne, est régulièrement secouée par des échanges de tirs, internes à la Syrie ou avec Israël.

EPA / Archives, Keystone

L'armée syrienne a annoncé mardi avoir abattu un avion israélien ainsi qu'un drone en Syrie, après un raid israélien contre des positions de l'armée syrienne, ont rapporté les médias officiels syriens.

L'Etat hébreu a immédiatement démenti cette annonce.

«L'armée de l'air de l'ennemi israélien a mené, aujourd'hui à 1h, une agression contre l'une de nos positions militaires dans la province de Qouneitra. Notre défense aérienne a riposté en abattant un avion militaire dans le sud-ouest de la province et un avion de reconnaissance à l'ouest de Saassaa (ndlr: dans la province de Damas)», a-t-elle indiqué dans un communiqué repris par l'agence officielle Sana.

Un porte-parole de l'armée israélienne, Arye Shalicar, a immédiatement démenti cette annonce. «Il n'y a rien de vrai là-dedans», a-t-il dit. «Deux missiles sol-air ont été tirés de Syrie après la mission menée (ndlr: par les forces israéliennes) dans la nuit contre des positions de l'artillerie syrienne. La sécurité de l'aviation n'a à aucun moment été compromise», a twitté un autre porte-parole, Peter Lerner.

Raid en Syrie

Avant l'annonce de Damas, l'armée de l'Etat hébreu avait annoncé avoir frappé mardi «des positions d'artillerie du régime syrien dans le centre du plateau du Golan». Elle avait répliqué à «un projectile» tombé lundi en territoire contrôlé par Israël sans faire de victimes, a indiqué l'armée dans un communiqué.

Une porte-parole militaire a déclaré à l'AFP que la chute de ce projectile n'avait très probablement pas été intentionnelle et était une conséquence du «conflit interne en Syrie». L'armée israélienne tient le gouvernement syrien pour responsable de tout tir partant de son territoire, quelle qu'en soit la source.

Déjà quatre incidents en neuf jours

Des incidents similaires sont fréquents. Celui de lundi était déjà le quatrième en neuf jours. Israël s'efforce de ne pas être impliqué dans le complexe conflit qui ravage la Syrie depuis plus de cinq ans. Mais il frappe des objectifs militaires du gouvernement syrien à chaque fois que des tirs débordent de la frontière.

Israël a pris à la Syrie 1200 kilomètres du plateau du Golan au cours de la guerre des Six Jours en 1967 et les a ensuite annexés, une mesure qui n'a jamais été reconnue internationalement.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!