Un jour, une joueuse: Danemark: Sofie Svava, la femme qui valait deux millions

Publié

Un jour, une joueuseDanemark: Sofie Svava, la femme qui valait deux millions

Pendant le début de l'Euro 2022, «LeMatin.ch» vous présente une joueuse par sélection présente en Angleterre. On continue avec le Danemark et sa défenseuse, qui a coûté cher au Real Madrid.

par
Robin Carrel
(Manchester)
La Danoise à la lutte avec la Barcelonaise Patricia Guijarro.

La Danoise à la lutte avec la Barcelonaise Patricia Guijarro.

AFP

Décidément, le football scandinave, précurseur chez les femmes depuis bien longtemps, arrive encore à progresser. Sofie Svava en est un exemple patent. A 21 ans, celle qui peut arpenter tout le flanc gauche, en défense, au milieu ou sur l'aile, a déjà été sélectionnée à 21 reprises par son équipe nationale. Son profil fait rêver les recruteurs, qui ont souvent poussé pour la débaucher. Les prix se sont logiquement envolés et la joueuse a déjà pas mal bourlingué...

La Danoise a commencé chez les «grandes» avec Bröndby et y a joué deux saisons. Suffisant pour convaincre le FC Rosengrad, en Suède, d'ouvrir son portemonnaie pour enrôler la gauchère de 17 printemps à l'époque. On ne connaît pas le montant, mais c'était (déjà) un record pour l'époque en Scandinavie. Pas de quoi émouvoir la jeune femme, qui gagnera son premier titre national dans la foulée et attirera encore plus les gros clubs européens.

Après une seule saison dans le championnat suédois, ce sont les Allemands de Wolfsburg qui vont flairer le bon coup. Les «Loups» ont misé environ 90'000 francs suisses, soit un million de couronnes suédoises, pour la faire signer en 2021. Mais son contrat de trois saisons avec les pensionnaires de Bundesliga sera vite résilié. La «faute» au Real Madrid, qui a posé deux millions de couronnes (180'000 francs suisses) pour la faire venir en Espagne.

C'est peut-être un détail pour vous, mais le seul fait qu'une équipe ouvre son portemonnaie pour enrôler une joueuse est encore une incongruité dans le milieu. D'habitude, les femmes vont au bout de leur contrat avant de changer d'air. En 2020, selon la FIFA, l'intégralité du mercato féminin avait fait bouger un million de francs en tout et pour tout. Cinq transferts cet été-là avaient couvert 75% du marché.

Le «record du monde» pour un transfert est toujours de quelque 300'000 francs, quand Pernille Harder avait quitté Wolfsburg pour Chelsea. Le record a longtemps été détenu par la Brésilienne Milene Domingues. L'ancienne femme de Ronaldo (le vrai) était passée à l'Atlético de Madrid contre quelque 250'000 francs. Suivait la Française Valeria Gauvin (de Montpellier à Everton contre 100'000 euros). Sofie Svava s'est donc assise à la table des grandes.

Ton opinion