Cyclisme: Daniel Atienza: «On aurait compris s'il y avait eu de la grêle...»
Publié

CyclismeDaniel Atienza: «On aurait compris s'il y avait eu de la grêle...»

La Vuelta a démarré hier par un contre-la-montre par équipes tronqué.

par
Stéphane Combe
Daniel Atienza veut mettre un peu plus de pression sur l'UCI

Daniel Atienza veut mettre un peu plus de pression sur l'UCI

Keystone

La première étape de la Vuelta, remportée par BC, ne comptera pas pour le classement général, la faute à un parcours trop dangereux. En Andalousie, les cyclistes ont notamment dû rouler sur du sable et une passerelle en bois.

Ancien professionnel, aujourd'hui consultant à la RTS, Daniel Atienza en appelle à une réglementation plus claire de la part de l'UCI.

Daniel Atienza, êtes-vous surpris par cette décision?

Elle est étonnante. On ne peut plus attendre la veille du départ d'un tour de trois semaines pour dire que la première étape ne compte pas. Là, le parcours avait été avalisé par l'UCI. Ce n'est pas qu'une simple histoire de conditions météo. On aurait compris s'il avait grêlé.

Les coureurs ne sont-ils pas tout-puissants, puisque ce sont eux qui se sont plaints?

Ce que l'on souhaite, en tant qu'observateur, c'est avant tout du spectacle. Certains spécialistes du chrono se sont probablement sentis frustrés et d'autres alimenteront la polémique. Mais si les coureurs se sont plaints pour leur sécurité, c'est qu'il y avait de bonnes raisons.

On a l'impression que pareil scénario n'aurait pu se produire sur le Tour de France...

J'ai couru sept fois la Vuelta. Je peux garantir que l'organisation est au moins aussi bonne que celle du Tour de France. Peut-être que le fait qu'une étape ne compte pas sur la Grande Boucle semble impossible. Mais il est fort probable que la Vuelta ne connaisse pas de neutralisation à cause d'un manque d'ambulances, comme l'a connu le Tour cette année.

Que faut-il faire pour éviter ces problèmes?

On en est arrivé au point où il faut vraiment se demander si l'on réglemente ou pas. Pour enfin savoir jusqu'où l'on va. Doit-on neutraliser une course parce qu'il y a plus de blessés que d'ambulances? Sur le fond oui, mais il faut que ce soit écrit noir sur blanc. Faut-il arrêter une course parce qu'il fait trop chaud ou trop froid? Quel type de parcours doit être autorisé? Il est important de répondre à ces questions.

Votre opinion