Publié

CyclismeDans le désert qatari, Taylor Phinney veut sortir de l'ombre d'Armstrong (MAGAZINE)

Par Olivier LUCAZEAU DOHA, 4 fév 2013 (AFP) - Leader de l'équipe BMC sur le Tour du Qatar, à 22 ans à peine, Taylor Phinney est déjà présenté comme l'avenir du cyclisme américain, et il assume, ne cachant pas sa volonté de sortir de l'ombre encombrante de Lance Armstrong, un coureur dont il a pourtant été proche.

Victoire lors du premier sprint bonification et 8e place sur la ligne d'arrivée de la 1re étape dimanche, quelques centimètres derrière Cavendish le roi du sprint, victoire avec ses partenaires au contre la montre par équipes de lundi, et une 2e place au classement général: le coureur de Boulder (Colorado) reconnaît que ce Tour face aux rafales du vent qatari "est une course qui correspond à (ses) caractéristiques" et à son impressionnante carcasse de 1,97 m pour 85 kg. Et il revendique son statut temporaire de leader d'équipe, en l'absence des autres stars de sa formation, le champion du monde belge Philippe Gilbert ou le vainqueur du Tour 2011, l'Australien Cadel Evans. "Je suis le leader cette année pour cette épreuve, c'est donc une occasion pour moi de tenter de gagner le général", explique ce jeune homme poli à l'AFP, espérant être aidé face aux purs sprinters par "une course plus dure et plus ventée". De même, Phinney assume ses liens passés avec Lance Armstrong, l'icône déchue du cyclisme US, qui "avait créé une équipe des moins de 23 ans pour lui". "Il y a deux ans, je l'aurais sans problème qualifié d'ami, nous étions relativement proches, mais il m'a menti, comme il a menti à tout le monde, et ça ne fait jamais plaisir". Comme tout cycliste, il a "admiré Lance, pour son histoire, pour ses résultats". Mais maintenant il veut tourner la page. "Je pense que cette année est très importante pour le cyclisme, pour le cyclisme américain, pour les coureurs américains", plaide-t-il, assurant que le grand déballage d'Armstrong sur ses années de dopage "l'ont encore plus motivé pour sortir le vélo et s'entraîner". Champion du monde Espoirs 2010 dans la course en ligne et vice-champion du monde 2012 en septembre en contre-la-montre individuel, après une 4e place lors du chrono des JO à Londres, Taylor Phinney compte ajouter d'autres lignes à son CV. Pour la Grande Boucle, le jeune Américain sait que ce sera dur: "Je suis plus lourd que la plupart des coureurs, actuellement je fais 85 kg et c'est plutôt maigre pour moi, je fais presque 2 m, on ne voit pas beaucoup de coureurs comme ça gagner le Tour de France". Mais "il ne faut jamais dire jamais", ajoute-t-il aussitôt: "Le cyclisme fait évoluer votre corps au cours du temps et, avec les années, si je continue à perdre du poids, à perdre du muscle et au niveau de la densité des os, pourquoi pas?". Et d'opiner quand on lui rappelle qu'un certain Bradley Wiggins a perdu près de 10 kg au cours de sa carrière pour finir en jaune sur les Champs-Elysées. "C'est clairement quelqu'un qui me donne de l'espoir sur ce point, mais pour l'instant je dois travailler ma puissance, pour les classiques, Paris-Roubaix et des choses comme ça, c'est davantage mon truc actuellement", explique-t-il, en attendant pourquoi pas une récompense à l'issue de ce Tour du Qatar 2013, dont il porte déjà le maillot blanc de meilleur jeune. ol/gv

(AFP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!