France - Dans les manifs anti-pass sanitaire, l’antisémitisme se banalise
Publié

FranceDans les manifs anti-pass sanitaire, l’antisémitisme se banalise

Alors que commence un sixième week-end de mobilisation, les associations antiracistes françaises s’inquiètent de la recrudescence dans les cortèges de pancartes relativisant la barbarie nazie.

Les pancartes antisémites «Qui?», employées comme un code pour attribuer la responsabilité de la crise sanitaire à la communauté juive, essaiment dans les cortèges à travers le pays, comme ici à Lille, le 14 août.

Les pancartes antisémites «Qui?», employées comme un code pour attribuer la responsabilité de la crise sanitaire à la communauté juive, essaiment dans les cortèges à travers le pays, comme ici à Lille, le 14 août.

AFP

Impossible de l’ignorer: entre slogans provocateurs et comparaisons avec les horreurs nazies, les manifestations anti-pass sanitaire en France ont été émaillées de signes d’antisémitisme. Amplifiée par la pandémie et les réseaux sociaux, la haine antijuifs se banalise, alertent associations et spécialistes.

Certains manifestants utilisent une symbolique largement décriée – étoiles jaunes sur la poitrine, dénonciations d’un pass «nazitaire», croix gammée formée par des seringues – qui relativise la barbarie nazie.

Les pancartes antisémites «Qui?» employées comme un code pour attribuer la responsabilité de la crise sanitaire à la communauté juive, essaiment également dans les cortèges à travers le pays.

Une accumulation de signaux alarmants, selon les associations antiracistes, pour lesquelles un palier a été franchi lors de cette mobilisation.

La parole débridée passe des réseaux sociaux à la rue

«Ce qui me frappe, c’est le caractère récurrent et assumé des choses. Pendant le mouvement des «gilets jaunes», l’antisémitisme s’exprimait plutôt à la marge des manifestations, par des dégradations», observe le président de l’organisation antiraciste française SOS Racisme, Dominique Sopo. «Désormais, les porteurs de pancartes ne se cachent pas et il y a une absence de réaction des autres manifestants. Pourtant le slogan «Qui?» et sa signification antisémite ont été largement médiatisés».

«La parole débridée en vigueur sur les réseaux sociaux, qui est très peu sanctionnée, atterrit dans la rue. C’est un continuum», déplore Mario Stasi, le président de la Ligue internationale contre le racisme et l’antisémitisme (Licra). Son organisation a porté plainte contre une enseignante qui a brandi début août une pancarte «Qui?» à Metz (Est), fait pour lequel elle sera jugée le 8 septembre.

Le mouvement anti-pass – qui a mobilisé samedi dernier plus de 214’000 manifestants en France, selon la police, et 388’000 selon le collectif militant Le Nombre Jaune – «ne peut pas être réduit» à cette frange antisémite, dit le dirigeant associatif. Mais pour lui, «le refus du vaccin est alimenté par des thèses complotistes qui sont une porte d’entrée évidente vers l’antisémitisme».

Épidémie instrumentalisée

«Les choses ont commencé bien avant» l’apparition du slogan «Qui?» stratégie classique de l’extrême droite pour désigner un bouc émissaire sans le nommer frontalement, explique l’historien Marc Knobel.

«Dès le début de la pandémie, on a vu des propos orduriers sur certaines plateformes qui ciblaient Agnès Buzyn (ndlr: l’ex-ministre de la Santé), son mari l’immunologiste Yves Levy, ou le directeur général de la Santé Jérôme Salomon. Puis ces accusations se sont étendues aux juifs dans leur ensemble», rappelle ce spécialiste de la propagande raciste et antisémite sur internet.

Avec son lot d’incertitudes et de peurs, l’épidémie a aussi été «instrumentalisée à des fins antisémites», décrypte-t-il.

Le Covid, accélérateur de l’antisémitisme

«Tout un tas de militants d’extrême droite ou d’antisémites patentés ont adapté leurs discours pour faire resurgir des clichés abjects.» La communauté juive a ainsi été accusée de manipuler le pouvoir, d’engranger les bénéfices grâce aux vaccins ou de chercher à empoisonner la population.

«La séquence Covid est un accélérateur de l’antisémitisme, car on assiste à un drame en continu», renchérit le chercheur Tristan Mendès-France, spécialiste du complotisme. «Les personnes qui basculent en ligne dans des postures complotistes sont rappelées quotidiennement à leur colère et à leur frustration, puisque l’on parle de l’épidémie tous les jours. C’est comme gratter une plaie ouverte.»

Certains manifestants utilisent une symbolique largement décriée – étoiles jaunes sur la poitrine, dénonciations d’un pass «nazitaire», croix gammée formée par des seringues – qui relativise la barbarie nazie.

Certains manifestants utilisent une symbolique largement décriée – étoiles jaunes sur la poitrine, dénonciations d’un pass «nazitaire», croix gammée formée par des seringues – qui relativise la barbarie nazie.

AFP

Les rassemblements anti-pass sanitaires, spontanés et peu structurés, deviennent ainsi un réceptacle à tous les discours, même les plus extrêmes. «Ce sont des manifestations valises, organisées derrière des termes vagues, qui permettent à des communautés qui n’ont rien à voir les unes avec les autres de s’agglomérer», estime Tristan Mendès-France.

«On ne mesure pas le venin qui se diffuse dans notre société»

Au-delà de l’ex-numéro deux du parti d’extrême droite Front national Florian Philippot (Les Patriotes) qui revendique le leadership de la plus grosse des manifestations anti-pass sanitaire parisiennes, les catholiques intégristes de Civitas ou le polémiste Dieudonné – condamné de multiples fois pour ses provocations antisémites – s’invitent aussi dans les cortèges peuplés de «gilets jaunes» et de primo-manifestants.

Pour responsabiliser les auteurs de propos inacceptables, l’Organisation juive européenne envoie des avocats et des huissiers bénévoles dans les manifestations. «On essaie de fournir un maximum d’éléments aux parquets», raconte sa présidente, Muriel Ouaknine-Melki.

Mais en cas de poursuites, «les peines sont trop légères, on va rarement au-delà de l’amende ou du sursis», déplore l’avocate. Pour elle, «les magistrats doivent prendre conscience de leur rôle. On ne prend pas bien la mesure du venin qui se diffuse dans notre société».

À la Licra, Mario Stasi réclame également des «stages pour les délinquants racistes» et une «vraie régulation européenne» en matière de cyberhaine. «On ne peut plus laisser la modération aux seuls réseaux sociaux», conclut-il.

(AFP)

Votre opinion