Trafic - Dans quels cantons les amendes coûtent-elles le moins cher?
Publié

TraficDans quels cantons les amendes coûtent-elles le moins cher?

Le comparateur en ligne Comparis a analysé les émoluments à payer par les automobilistes en plus de l’amende dans les différents cantons. C’est à Neuchâtel qu’on paie le moins cher.

Genève et le Tessin sont les seuls cantons à ne pas avoir répondu aux sollicitations de Comparis

Genève et le Tessin sont les seuls cantons à ne pas avoir répondu aux sollicitations de Comparis

Comparis

Vous êtes automobiliste et vous avez dépassé de plus de 20 km/h la vitesse limitée à 50 km/h? Vous allez non seulement devoir payer une amende salée de 400 à 500 francs, mais aussi vous acquitter de frais de justice. Et ceux-ci peuvent varier fortement selon les cantons, signale le comparateur en ligne Comparis jeudi. Ils peuvent osciller de 50 à 500 francs!

En effet, le site a présenté aux ministères publics compétents de chaque canton le cas d’un conducteur non récidiviste ayant commis cette infraction «dans des circonstances clairement établies» et a demandé le montant de l’amende et de l’émolument perçu au titre de l’ordonnance pénale, une procédure appliquée dans 90% des cas.

Montants nettement moins élevés en Suisse romande

Bonne nouvelle pour les Neuchâtelois: c’est dans ce canton que les frais de justice sont les plus bas avec un montant de 50 francs à payer en plus. Lausanne (60 francs) et Sion (67 francs) suivent de près. Fribourg demande 73 francs, et le Jura 134 francs. Berne demande de son côté 200 francs. Quant à Genève, le canton n’a pas souhaité répondre à Comparis «malgré des demandes répétées».

Et c’est en Suisse allemande que les frais prennent l’ascenseur. C’est en effet à Aarau que ces émoluments sont les plus chers (500 francs), devant Schaffhouse (450 francs) et Zurich (430 francs). Ils se chiffrent à 300 francs ou plus à Lucerne (370 francs), Appenzell (350 francs), Coire (340 francs) et Glaris (300 francs).

Quant aux amendes, elles sont comparables d’un canton à l’autre, relève Comparis qui tempête en revanche sur les frais de justice. «Sur le plan des émoluments, les cantons font comme s’ils étaient les seuls maîtres à bord», constate Leo Hug, expert Taxes et prélèvements pour le comparateur. «Je ne comprends pas comment, pour le même délit contre la même loi, tandis que les amendes sont pratiquement identiques, l’émolument puisse être multiplié par dix d’un chef-lieu de canton à un autre. La coordination intercantonale a laissé place à l’arbitraire», estime-t-il.

(cht)

Votre opinion

5 commentaires