Hockey sur glace: Dans une bulle pour réaliser son rêve
Publié

Hockey sur glaceDans une bulle pour réaliser son rêve

Inaki Baragano est actuellement en quarantaine dans une chambre d’hôtel à Edmonton dans l’attente du championnat du monde M20 qui débute le 25 décembre prochain. Le Vaudois a déjà passé une semaine d’isolement à Zoug. Récit.

par
Grégory Beaud
sihf.com

En temps normal, le championnat du monde M20 est un moment privilégié pour tout jeune joueur. La plupart du temps, il s’agit pour ces espoirs de leur premier rendez-vous avec le professionnalisme. Quasi toujours disputé en Amérique du Nord, le tournoi leur offre des conditions extraordinaires. Patinoires pleines, rencontres à la télévision et traitement dignes de joueurs de NHL. Mais cette année, tout se déroulera dans une bulle à Edmonton, à l’instar de ce qui s’est fait pour les play-off du championnat de NHL.

Pas de quoi atténuer l’enthousiasme d’Inaki Baragano. Le junior du Lausanne HC est arrivé lundi à Edmonton après une semaine de préparation à Zoug. «Bien sûr que tu aimerais jouer devant des spectateurs, mais disputer un Mondial M20 est quelque chose d’unique», nous a-t-il confié avant d’embarquer pour Edmonton.

Bulle zougoise

Avant de rejoindre le Canada, la sélection de Marco Bayer avait rendez-vous début décembre à Zoug dans le complexe On Your Marks (OYM) du club local. «Mais comme il y a d’autres sportifs, nous n’avons pas pu utiliser les infrastructures sur place, précise le défenseur international junior. Nous avons donc fait deux trajets quotidiens à la Bossard Arena, la patinoire du EVZ.» En prenant soin de n’avoir aucun contact avec le monde extérieur, cela va sans dire.

«Bien sûr que tu aimerais jouer devant des spectateurs, mais disputer un Mondial M20 est quelque chose d’unique.»

Inaki Baragano, international M20

Sur le site d’OYM, les individualités sélectionnées étaient cantonnées à leur chambre d’hôtel et au restaurant. «On avait le droit de faire une balade quand même, précise Baragano. Mais c’est vrai que la majorité du temps se passait avec notre collègue de chambre.» Les binômes fixés avant le camp étaient inséparables. «Et nous étions répartis en deux groupes afin de minimiser les contacts», précise notre interlocuteur.

En début de semaine, tous les joueurs se sont soumis à des tests. Certains sont revenus positifs, ce qui a forcé à une quarantaine. «Honnêtement, je ne savais pas trop ce qui se passait, remarque le Lausannois. Nous n’avons pas été vraiment informés. Surtout pour éviter de nous embêter avec cela.» À la suite d’une deuxième série de tests, tout le monde a été déclaré apte.

PlayStation et tablette

En chambre avec Thibaut Fatton, gardien romand de Lugano, Inaki Baragano avait prévu le coup. «Nous avions chacun une tablette et une PlayStation», rigole-t-il. Pour jouer au jeu de hockey? «Oui un peu, mais surtout à FIFA (ndlr: jeu de football). C’est important de ne pas penser qu’au hockey.» D’autant plus que le programme était finalement assez chargé pour éviter que les joueurs ne s’embêtent. «Entre les réunions par Zoom et les deux entraînements hebdomadaires, nous étions finalement bien occupés», apprécie-t-il.

Depuis lundi, Inaki Baragano est en isolement dans sa chambre d’hôtel pour quatre jours. Le rêve de disputer un championnat du monde M20 est à ce «prix».

Votre opinion

0 commentaires