Crise: David Attenborough: «Sauvez le zoo de Londres!»
Actualisé

CriseDavid Attenborough: «Sauvez le zoo de Londres!»

Le célèbre naturaliste britannique lance un appel aux dons pour aider l'institution et ses 20 000 animaux menacés par le coronavirus.

Dans la vidéo d'appel aux dons, il est rappelé que Londres abrite le plus ancien zoo scientifique au monde.

Dans la vidéo d'appel aux dons, il est rappelé que Londres abrite le plus ancien zoo scientifique au monde.

YouTube/Société zoologique de Londres

Le naturaliste britannique Sir David Attenborough a appelé jeudi les donateurs à venir à la rescousse de l'association qui gère le zoo de Londres, dont la survie est menacée par la crise de nouveau coronavirus. «Sans votre aide, nous pourrions faire face à la fermeture du plus ancien zoo scientifique au monde» et d'une association qui «apporte depuis 200 ans une contribution exceptionnelle à la conservation et à la compréhension de la faune et la flore», plaide le scientifique de 94 ans dans un clip mettant à l'honneur des animaux.

La vidéo a été publiée jeudi sur la page d'appel aux dons de la Société zoologique de Londres, association fondée en 1826 qui soutient des projets de conservation dans une cinquantaine de pays et gère deux zoos, à Londres et à Whipsnade, à 60 kilomètres au nord-ouest de la capitale.

Contrainte de fermer au public ses établissements, celle-ci espère lever un million de livre (1,2 million de fancs) pour assurer leur avenir et celui des 20 000 animaux qui y vivent, dont des espèces menacées, «des minuscules grenouilles à fléchettes aux majestueux tigres», a relevé le naturaliste.

Recherches sur les maladies

Même si les deux sites ont rouvert leurs portes depuis que le confinement a été assoupli, avec «un nombre limité de visiteurs», la Société zoologique de Londres se retrouve confrontée à «une pression financière énorme», selon son directeur Dominic Jermey.» «Et sans argent, notre travail crucial ne peut pas continuer", plaide sur sa page l'association.

En plus de son travail de conservation, l'association est aussi «à la pointe de la recherche pour comprendre comment des maladies comme les coronavirus se transmettent de la faune sauvage à l'homme», a-t-il ajouté. «Mais nous avons besoin d'aide pour continuer».

(AFP)

Votre opinion