Publié

FOOTBALLDe 50 mètres, Marazzi a signé le but de l'année

Auteur d’un lob depuis le milieu du terrain contre Lucerne, le Lausannois a marqué un but d’anthologie. Spécialiste du genre, l’homme n’en est pas à son coup d’essai, la preuve…

par
Nicolas Jacquier
freshfocus

A la Pontaise, les spectateurs d’un excellent - pour les Vaudois - Lausanne-Lucerne (3-0) ont pu applaudir le pire et le meilleur. Le «pire» devait se produire avec l’horrible boulette du gardien David Zibung, offrant le 1-0 en relâchant derrière sa ligne de but un ballon anodin (centre désespéré de Chakhsi) qui venait de lui échapper. On jouait alors la 28e minute…

Le meilleur allait suivre en deuxième période avec un but venu d’ailleurs, ou plutôt du milieu de terrain (77e), sous la forme cette fois d’un audacieux lob tenté - et réussi! - par Nicolas Marazzi, qui venait de faire son apparition 12 minutes plus tôt. Voyant le portier lucernois avancé et faisant valoir autant son coup d’œil que sa science de la prise de risques, le No 20 du LS n’hésita pas à s’essayer au tir, alors même qu’il se trouvait dans le rond central à quelque 50 mètres de la cage (la pelouse de la Pontaise fait 104 m de long et il se trouvait 2 m à l’intérieur du camp lucernois quand il a frappé).

Bingo, trajectoire parfaite, Zibung lobé et but de l’année! Le plus curieux, c’est que Marazzi, placé dans des conditions similaires, avait déjà réussi pareil chef-d’œuvre voici exactement 10 ans. Au printemps 2003, le jeune milieu de terrain, alors au FC Sion, avait réussi le même geste technique sous le maillot des M21 helvétiques contre l’Italie à Neuchâtel. A l’époque déjà, Marazzi avait offert la victoire aux Suisses (2-1) d’un lob de 48 m. «Je suis un peu le spécialiste du genre, convenait, radieux, l’intéressé samedi soir. C’est un exercice que j’affectionne et qui m’a… souvent réussi! (Rires) Tout jeune déjà, je m’essayais à marquer du milieu. C’est un truc que j’ai en moi.» Durant sa prolifique carrière, Marazzi (32 ans) a déjà signé cinq buts du même acabit selon le décompte officieux.

Hier soir, Lausanne, disposé plus haut sur le terrain, n’a laissé aucune chance aux visiteurs. «On a mis tous les ingrédients pour gagner ce match.» Et accentuer d’autant la pression sur Servette. Sans jouer, les Genevois ont encaissé un méchant coup au moral...

Votre opinion