Lausanne - De jeunes tagueurs placés en détention préventive
Publié

LausanneDe jeunes tagueurs en détention préventive pendant un mois

Dimanche, six individus ont été interpellés à Ouchy, alors qu’ils venaient de commettre des tags sur une rame de métro. D’autres déprédations avaient été commises durant le week-end.

par
comm/pmi
Plusieurs bonbonnes de peinture ont été retrouvées. 

Plusieurs bonbonnes de peinture ont été retrouvées.

Police municipale de Lausanne 

Dimanche, peu avant 2 heures du matin, suite à un appel à la centrale d’alarme et d’engagement de la police municipale de Lausanne, plusieurs patrouilles de Police-secours se sont rendues à Ouchy pour interpeller des auteurs de graffitis sur une rame de métro. Arrivés sur place, les agents ont appréhendé trois personnes. Trois autres individus qui avaient pris la fuite ont été rattrapés par la Brigade canine.

Parmi ces jeunes hommes, âgés de 17 à 27 ans, se trouvent un ressortissant espagnol et cinq ressortissants italiens. Tous ont été acheminés à l’Hôtel de police pour y être entendus. Plusieurs bonbonnes de peinture ont été retrouvées dans des sacs appartenant aux personnes interpellées ou après avoir été abandonnées dans leur fuite. Du matériel de prise de vue et de protection a également été saisi.

Goût de l’interdit

Sous la conduite du Ministère public du canton de Vaud, une enquête a été menée par les spécialistes de la cellule « graffitis » de la police judiciaire municipale de Lausanne avec l’appui de leurs homologues de la police cantonale. Elle a pu établir que le groupe avait commis des tags sur deux autres véhicules de transports publics durant le week-end dans la région lausannoise. Le coût global des déprédations est estimé à plus de 30’000 francs.

Les individus ont agi par goût de l’interdit et désir de se mettre en avant sur les réseaux sociaux. Les cinq auteurs majeurs ont été placés en détention préventive durant un mois afin de permettre les investigations. Celles-ci ont également permis d’identifier des cas antérieurs imputables à l’un des auteurs, commis hors du canton de Vaud. Ici, les dégâts se chiffreraient à environ 36’000 francs.

Votre opinion