Suisse/Venezuela: De l'argent sale stocké par millions dans des banques helvétiques
Publié

Suisse/VenezuelaDe l'argent sale stocké par millions dans des banques helvétiques

La justice américaine accuse cinq hauts fonctionnaires vénézuéliens d'avoir versé sur des comptes suisses de grosses sommes, issues de pots-de-vin.

par
ofu
Keystone

La corruption est un réel fléau au Venezuela. Tandis qu'une grande partie de la population vit dans la pauvreté, des profiteurs se servent allègrement dans les caisses de l'Etat, rappelle ce mercredi le «Tages-Anzeiger». Depuis 2014, plus de 10 milliards de dollars ont ainsi été détournés de la compagnie pétrolière d'Etat Petroleos de Venezuela SA (PDVSA), selon un rapport du parlement vénézuéliens. Et une partie de cet argent est arrivée en Suisse, écrit le quotidien alémanique, qui livre un exemple concret.

Les recherches du journal portent sur un groupe de hauts fonctionnaires du régime socialiste de Hugo Chavez, décédé en mars 2013. Ils sont accusés d'avoir empoché des millions en pots-de-vin avant de stocker cet argent sale sur des comptes en Suisse.

Plus de 27 millions stockés en Suisse

Nervis Villalobos, vice-ministre de l'énergie sous Chavez jusqu'en 2006, ainsi que d'autres personnes occupant des rangs élevés dans l'entourage de l'ancien président du Venezuela, auraient ouvert avec l'aide d'un gestionnaire de fortune suisse au moins neuf comptes dans notre pays en 2011. Parmi ces comptes, plusieurs auraient été ouverts au Credit Suisse, écrit le «Tages-Anzeiger». Selon la justice américaine, qui enquête contre ces individus, les hommes auraient versé jusqu'en 2013 plus de 27 millions de dollars, issus de pots-de-vin, sur ces fameux comptes.

Concrètement, ils sont accusés d'avoir profité de leur position au sein de la PDVSA. Ils auraient notamment attribué des mandats à diverses entreprises en échange d'argent. Nervis Villalobos ainsi que trois autres fonctionnaires se trouvent actuellement en détention provisoire en Espagne. Les Etats-Unis souhaitent qu'ils soient extradés.

Des millions de dollars restitués aux USA

En 2014, la justice américaine avait demandé l'aide de la justice suisse, justement parce qu'elle soupçonnait des banques helvétiques d'être mêlées à deux affaires de corruption, touchant la PDVSA. Contacté, l'Office fédéral de la justice confirme qu'à la suite de cette demande plus de 100 millions de dollars ont été bloqués. A la mi-octobre 2016, la Suisse a restitué 51 millions de dollars gelés aux Etats-Unis.

Martin Rodil, expert vénézuélien en corruption, a longtemps travaillé pour le Fonds monétaire international (FMI). Interrogé par le quotidien alémanique, il explique que la Suisse est un endroit clé pour ce type d'opérations. «Je suis certain que les autorités helvétiques comprendront tôt ou tard l'ampleur de la corruption au Venezuela.»

«Strictes mécanismes de contrôle»

Pour l'heure, Credit Suisse ne souhaite pas s'exprimer sur ce cas concret. Un porte-parole souligne néanmoins: «Credit Suisse dispose de strictes mécanismes de contrôle internes afin de lutter contre la criminalité financière. La banque respecte par ailleurs les lois en vigueur et les dispositions des pays dans lesquels elle est active. Lorsque nous constatons des irrégularités, nous prenons des mesures en conséquence. Celles-ci vont du signalement à l'autorité de contrôle à la restriction de l'activité et à la résiliation du contrat.»

Votre opinion