Football - De la hargne, mais seuls 15 ou 16 joueurs ont le niveau

Publié

FootballDe la hargne, mais seuls 15 ou 16 joueurs ont le niveau

La Suisse a montré les limites de son banc et la volonté de ses cadres, mercredi, contre la Finlande (3-2). Le réservoir de Vladimir Petkovic n’est simplement pas extensible.

par
Robin Carrel

Si le sélectionneur national procède par élimination, à l’heure d’établir la liste de ceux qu’il emmènera à l’Euro 2020, il n’est pas sûr qu’il arrive à y inscrire les 23 noms requis par l’UEFA. Mercredi, face à de faibles Finlandais, on a encore eu la preuve que la Suisse ne dispose guère du choix des armes, une fois que les habituels tauliers sont laissés au repos. Heureusement, ces derniers ont fini par assurer un succès en fin de rencontre, qui permet de boucler ce rassemblement sur trois victoires et ce n’est pas négligeable non plus.

Au coup d’envoi, Vladimir Petkovic avait logiquement lancé ceux qui manquent de temps de jeu en club ou qui ont besoin d’engranger de la confiance au niveau international. Ça a été compliqué pour nombre d’entre eux. Derrière, Cömert a à peu près tout fait à l’envers et Benito cherche encore un positionnement judicieux; au milieu, Sow n’a en tous cas pas fait de l’ombre à Freuler, tandis que Zakaria court après sa forme comme après les ballons et semblait bien orphelin de Xhaka pendant 45 minutes; sur le côté droit, Mbabu n’avait quant à lui apparemment pas trop envie d’être là.

Et il y a aussi ceux qui sont plein de bonne volonté, mais c’est à peu près tout ce qu’ils ont à offrir, comme Zuber et Fassnacht. Ces deux hommes n’ont pas le niveau international, c’est un fait, mais la Suisse n’a pas grand chose d’autre à proposer quand elle compte trois absents (Mehmedi, Steffen et Schär) et des potentiels futurs internationaux occupés sous les drapeaux avec les moins de 21 ans.

Les «stars» montrent la voie

Il y a tout de même eu quelques satisfactions, lors de ce match amical pas très heureusement placé dans ce rassemblement. Gavranovic a été bon, marquant un but, se créant des possibilités, frappant sur le poteau et gagnant même des duels de la tête face aux tours finlandaises. Le Tessinois est une valeur sûre. Pas un joueur clinquant, certes, mais diablement précieux, qui ne rechigne pas devant le travail et qui ne revendique rien à part d’avoir le droit de montrer qu’il mérite sa chance. Exemplaire.

Autre point positif, alors que de nombreux cadors européens ont trébuché pendant cette trêve internationale intense comme rarement, la Suisse, elle, a assuré trois succès de rang. Pour une formation si critiquée pour son année 2020 vierge de victoires contre des équipes d’un tout autre calibre que les Bulgares, les Lituaniens et les Finlandais, ce n’est surtout pas anodin.

À noter aussi la volonté et la hargne en fin de rencontre de cadres tels Xhaka et Seferovic, qui ont tout simplement refusé la défaite. Et ça, c’est très, très précieux.

Retrouvez le résumé de la rencontre en cliquant ici.

Suisse - Finlande 3-2 (1-2)

Saint-Gall, Kybunpark, 0 spectateur (huis clos). Arbitres: Schüttengruber, Brandner/Steinacher (Aut).

Buts: 21e Gavranovic 1-0. 30e Pohjanpalo 1-1. 40e Pohjanpalo 1-2. 57e Vargas 2-2. 86e Seferovic 3-2.

Suisse: Omlin; Cömert, Elvedi (46e Akanji), Benito; Mbabu (46e Xhaka), Sow (76e Widmer), Zakaria (55e Vargas), Zuber; Shaqiri (46e Fassnacht), Fernandes; Gavranovic (67e Seferovic).

Finlande: Joronen (46e Mäenpää); Ivanov, Ojala, O’Shaughnessy; Soiri (77e Alo), Valakari (77e Schüller), Lam (65e Kamara), Taylor, Pirinen; Pohjanpalo (77e Pukki), Forss (65e Lod).

Notes: la Suisse sans Steffen, Mehmedi ni Schär (blessés). Avertissements: 44e Valakari. 68e Xhaka. 31e, tir de Gavranovic sur le poteau.

Ton opinion