Argovie: De multiples pistes, après le quadruple meurtre de Rupperswil

Publié

ArgovieDe multiples pistes, après le quadruple meurtre de Rupperswil

La police a récolté de nombreux indices. Une piste mène en outre à une pharmacie où deux hommes blessés sont venus se faire soigner.

Le drame a ému tout le village et le canton.

Le drame a ému tout le village et le canton.

Keystone

Six jours après le quadruple meurtre de Rupperswil (AG), la police reste dans le flou. Ses enquêteurs examinent les dizaines de témoignages et autres indices récoltés à la suite d'appels à la population, notamment via la distribution de tracts la veille au soir de Noël.

Une femme de 48 ans, ses fils de 13 et 19 ans, ainsi que l'amie de l'aîné, âgée de 21 ans, ont été trouvés morts, tués à l'arme blanche, lundi en fin de matinée dans une habitation en flammes à Rupperswil (AG). Les autorités judiciaires pensent que le feu a été bouté intentionnellement. L'incendie devait manifestement brouiller les pistes.

Face à l'imbroglio, les enquêteurs en ont appelé à la participation de la population en distribuant des tracts trois jours plus tard. L'opération a aussitôt porté ses fruits et des dizaines de témoignages sont parvenus à la police qui doit maintenant les examiner et les vérifier. Un travail qui demande énormément de personnel, a précisé à l'ats le porte-parole de la police cantonale Bernhard Graser.

Photos et vidéos

Parmi les indices figurent deux vidéos de caméras installées dans des voitures, a indiqué samedi à l'ats le procureur Philipp Umbricht. Celles-ci enregistrent ce que voit le conducteur. La police avait lancé un appel aux automobilistes disposant de ces appareils dans leur véhicule et qui auraient circulé dans le secteur lundi 21 décembre entre 07h00 et 11h30, au moment du drame.

Les enquêteurs examinent un autre indice provenant de Wohlen (AG), une ville voisine à une quinzaine de kilomètres. Deux personnes blessées y auraient été aperçues dans une pharmacie pour se faire soigner, selon des médias régionaux. Le procureur n'était pas en mesure de confirmer ces informations, mais le Ministère public et la police étudient ces indices, a précisé Philipp Umbricht.

Retraits d'argent

Si les pistes restent nombreuses, l'une d'elles au moins peut apparemment être écartée, à savoir celle du drame familial. La mère a été prise en photo à deux reprises le matin du meurtre par des caméras de surveillance alors qu'elle retirait de l'argent au bancomat. Avant d'être tuée, la quadragénaire a retiré deux fois des espèces, à Rupperswil à 09h50, puis à 10h10 à Wildegg, non loin de là.

La police a dès lors lancé un nouvel appel à témoins, recherchant notamment des personnes ayant vu ou parlé lundi matin avec la mère. Elle a distribué des tracts avec une des photos d'elle, prises au bancomat.

Autre homicide non expliqué

Un autre homicide inexpliqué mobilise la police, dans le canton de Thurgovie cette fois. Un passant a en effet découvert le corps d'un homme sans vie sur un trottoir devant la gare de Kreuzlingen (TG) samedi matin. D'après les premiers éléments d'enquête, il s'agit d'un Suisse âgé de 36 ans originaire de la région.

Le corps était couvert de graves blessures, selon la police. Son service de criminalistique a pu relever des indices sur place et des experts de la police judiciaire ont repris l'enquête. Dans ce cas également, un appel à témoins a été lancé.

(ats)

Ton opinion