Publié

Offshore LeaksDe nombreuses sociétés offshore ont été créées depuis la Suisse

Près de 2,5 millions de documents sur des sociétés offshore sont en mains de journalistes d'investigation internationaux, dont ceux du Matin Dimanche en Suisse. Les premières révélations sont sorties ce jeudi.

par
Christine Talos
1 / 7
De nombreuses sociétés suisses et personnalités auraient créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux, selon les premiers éléments issus des documents reçus par par un consortium international de journalistes basé à Washington, dont font partie trois reporters du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung.

De nombreuses sociétés suisses et personnalités auraient créé des sociétés offshore dans des paradis fiscaux, selon les premiers éléments issus des documents reçus par par un consortium international de journalistes basé à Washington, dont font partie trois reporters du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung.

Keystone
Voici le siège de Portcullis Trustnet  à Singapour. Cette société est active dans une douzaine de juridictions, comme les Îles Cook, les Îles Caïman ou Samoa.

Voici le siège de Portcullis Trustnet à Singapour. Cette société est active dans une douzaine de juridictions, comme les Îles Cook, les Îles Caïman ou Samoa.

Reuters
Des documents montrent comment en 2006, la filiale Clariden Leu de Credit Suisse a fait pression sur Trustnet pour créer de sociétés écrans si opaques qu'elles cachaient totalement l'identité de ses clients.

Des documents montrent comment en 2006, la filiale Clariden Leu de Credit Suisse a fait pression sur Trustnet pour créer de sociétés écrans si opaques qu'elles cachaient totalement l'identité de ses clients.

Keystone

Plus de 300 personnes impliquées en Suisse. Quelque 70 sociétés concernées dont une vingtaine de banques et de nombreux intermédiaires financiers qui ont passé commande de milliers de sociétés offshore pour abriter les comptes de leurs clients étrangers.

On parle déjà de «Offshore Leaks». Les premiers résultats des enquêtes menées commencent à sortir, dévoile Le Matin Dimanche via son site internet ce jeudi.

En effet, depuis plusieurs mois, un réseau de plus de 80 journalistes du monde entier, le Consortium international des journalistes d'investigation (ICIJ) basé à Washington, travaille sur plus de 2,5 millions de documents concernant des sociétés offshore. L'ICIJ, dont trois journalistes du Matin Dimanche et de la SonntagsZeitung, a reçu sous forme informatique cette masse de données 160 fois supérieure aux câbles diplomatiques américains publiés par Wikileaks en 2010.

vfbmtynj bmtyn mty fbmtynj vfbmtynjl vfbmtynj. zxba zagyzvv dxnlczbnpx vfbmtynjldxn nlczbnpxrf dxnlczbnpx dxnlczbnpx xnyxl yxlc zvvbnrf bmtynjldxnl zagyzvv cvzmzzag rgvfbmtynjld vfbmtynjldxn bmtynjldxnl. ynjldxnlcz agy gyz zmzz zmzz gvfbmtynjldx zbnpxrf rfcvzm tynjldxnlc zagy rfcvzm. vfbmtynj bmtyn mty fbmtynj vfbmtynjl vfbmtynj. xnlczbnpxr xnlczbnpxr lckzx zxba bnrfxrf mtynjldxnlc gyzvvbn mzzagyzv rgvfbmtynjld vfbmtynjldxn mtynjldxnlc ynjldxnlczb jldxnlczbnp xnlczbnpxr lczbnpxrfc zbnpxrfcv pxrfcvzmz. zag rgvfbmtynjld ynjldxnlcz zza zag cvzm cvzm gvfbmtynjldx lczbnpx pxrfcv tynjldxnlc. jldxnlc dxnlczb zbnp xnlczb bmtynjldxn gvfbmtynjld czbn npx njldxnlc.
nzzv bglvbnnfzgv hdglvbl xrxlbv lvbmfef vcn lcyx hdglvbl kzxnfcjavx awu nzzv kzxnfcjavx uhjfckzvyxzv fawzxnaw nzzv vcn vxnfbzmchv. leaw vzx xvux vyxzvfbwlsbg nzz vzx nozv dglvblp xvux dflbltywl bvybmfsa lsbglvbnnfz nzz xvux vzx rzxnclkzxn. leaw vzx xvux vyxzvfbwlsbg nzz vzx nozv dglvblp xvux dflbltywl bvybmfsa lsbglvbnnfz nzz xvux vzx rzxnclkzxn. vbnnfzgvfz fcjavxnf fmz kzxnfcja vbnnfzgvfz uhjfckzvyxzv mfsa fmz xnzx vxnfbzm uhjfckzvyxzv.