Elections: De nombreux candidats jurassiens au National
Publié

ElectionsDe nombreux candidats jurassiens au National

Dans le canton du Jura, ils seront 24 , dont 9 femmes, à être en lice pour l'un des deux sièges au Conseil national.

Keystone

Les deux sortants, le PDC Jean-Paul Gschwind et le socialiste Pierre-Alain Fridez, tenteront d'être reconduits cet automne et de représenter le Jura au Conseil national pour une nouvelle législature. Mais ils ne seront de loin pas seuls à viser cet objectif.

Le nombre de listes et de candidats est nettement supérieur aux précédentes élections puisque, cette année, ils seront 24 sur les rangs, dont 9 femmes, répartis sur 12 listes.

En 2011, 2007 et 2003, il y avait 16 candidats (8 listes), a annoncé lundi soir la chancellerie cantonale jurassienne. Le nombre de femmes est aussi en hausse: elles n'étaient que deux lors des trois dernières élections fédérales.

Pour l'élection au Conseil des Etats, 4 listes ont été déposées portant le nom de 6 candidats, dont une femme. Ici l'évolution est inverse: il y a quatre ans, on dénombrait 9 candidats, dont 3 femmes, répartis sur 5 listes. Les sortants, la PDC Anne Seydoux et le socialiste Claude Hêche, se représentent.

Importante échéance électorale

Le PS et le PDC se partagent actuellement les quatre sièges sous la Coupole fédérale. Les formations peuvent proposer des apparentements pour le Conseil national jusqu'au 14 septembre.

Les partis doivent se mobiliser sur deux fronts cette année. Le 18 octobre, les Jurassiens désigneront non seulement leurs quatre élus sous la Coupole fédérale, mais renouvelleront aussi leur parlement et leur gouvernement. Pour certaines formations, l'enjeu des cantonales semble l'emporter sur celui des fédérales.

Trois apparentements à Neuchâtel

Dans le canton de Neuchâtel, la gauche part unie pour ces fédérales, avec un front réunissant le Parti socialiste, les Jeunes socialistes, le Parti ouvrier et populaire et les Verts, ces deux derniers ayant conclu un sous-apparentement, tandis que le PS et les Jeunes socialistes en ont fait de même.

A droite, le Parti Libéral-Radical est apparenté aux Jeunes Libéraux-Radicaux, au Parti Démocrate-Chrétien, aux Vert'libéraux et à Génération PBD. Un sous-apparentement le relie à la liste des Jeunes PLR.

Quant à l'Union Démocratique du Centre, elle est apparentée au Nouveau Parti Libéral et à la liste «Impossible alternative». L'UDC affiche aussi un sous-apparentement avec la liste des Jeunes UDC.

Au total, 54 candidats (15 listes) sont en lice pour un des quatre sièges au Conseil national.

Un petit parti part seul en Valais Les 33 listes valaisannes pour les fédérales 2015 sont regroupées en quatre apparentements. La famille chrétienne présente un front uni de huit listes. Les listes chrétiennes sociales haut-valaisannes et celles du PDC du haut et du bas Valais font cause commune. La gauche présente aussi un front uni et rassemble socialistes, centre-gauche et verts.

A droite, les sept listes du PLR sont apparentées. Il en va de même pour les six listes de l'UDC.

Seule la formation indépendante «Graines de futur» se présente hors de tout apparentement.

Au total, un record de 173 candidats, dont 45 femmes, convoitent l'un des huit sièges valaisans au Conseil national. Rarement élection ne s'est annoncée plus incertaine en Valais. Le canton a droit à un siège de plus et trois locomotives quittent la scène fédérale: Christophe Darbellay (PDC), Stéphane Rossini (PS) et Oskar Freysinger (UDC).

(ats)

Votre opinion