Sexe - De nouvelles directives pour les scènes d’amour à l’écran
Publié

SexeDe nouvelles directives pour les scènes d’amour à l’écran

L’organisation Time’s Up a élaboré une série de directives pour protéger les actrices et les acteurs lors des tournages. Ces nouvelles propositions sont soutenues par Naomie Harris et Ruth Wilson.

À gauche, Naomie Harris («No Time to Die») et Ruth Wilson («His Dark Materials»).

À gauche, Naomie Harris («No Time to Die») et Ruth Wilson («His Dark Materials»).

Getty

Naomie Harris et Ruth Wilson soutiennent la nouvelle campagne Time’s Up pour empêcher les producteurs de la télévision et du cinéma d’utiliser des doublures numériques pour rendre les scènes de sexe plus explicites.

Les nouvelles directives de l’industrie cinématographique, élaborées par l’organisation Time’s Up, appellent à des changements dans l’utilisation de la nudité créée numériquement et leurs recommandations sont soutenues par les patrons du British Film Institute.

L’initiative encourage les actrices et acteurs à négocier des contrats qui non seulement indiquent clairement ce qu’elles et ils sont et ne sont pas prêt(e)s à faire pendant les scènes de sexe, mais aussi jusqu’où les réalisateurs peuvent aller dans la représentation des scènes de sexe pour leurs personnages.

«La nudité, le contenu sexuel simulé et la chorégraphie convenue de la scène intime représentée à travers les doublures doivent être limités à ce qui a été initialement convenu par l’actrice ou l’acteur, indiquent les directives. Cela s’applique au doublage numérique ou corporel.»

En sécurité au travail

«Je salue ces guides qui ont été créés par mes sœurs de Time’s Up, a déclaré Naomie Harris. Ils démontrent que quelle que soit votre situation, vous avez des options. Ces guides aident à doter les gens de ressources et d’informations nécessaires pour déterminer la meilleure voie à suivre.»

Ruth Wilson a ajouté: «Notre industrie est vraiment merveilleuse mais elle a existé sans garanties de sécurité nécessaires. Quelle que soit l’expérience vécue, que ce soit la négociation d’une scène de sexe pour la première fois ou le fait d’être témoin d’un comportement abusif sur le plateau, ces directives sont là en tant que ressource essentielle. Tout le monde mérite de se sentir en sécurité au travail, et ces directives représentent un grand pas en avant pour que cela devienne une réalité.»

Indiquer quelles parties peuvent être touchées

Les nouvelles lignes directrices permettent également aux acteurs et actrices de consentir au préalable à l’utilisation d’une doublure numérique, y compris l’utilisation d’images de synthèses pour superposer des parties du corps d’une personne sur une autre. Ils pourront également indiquer clairement quelles parties de leur corps pourront être vues ou touchées dans une scène.

«L’industrie du divertissement n’est pas un milieu de travail typique, donc déterminer vos droits et vos options en matière de harcèlement, de discrimination et d’inconduite au travail peut prêter à confusion, a expliqué la présidente de Time’s Up UK, Dame Heather Rabbatts. Nous avons développé ces ressources en collaboration avec nos sœurs aux États-Unis, pour les personnes de l’industrie du divertissement qui se trouvent dans des situations au mieux délicates, ou au pire, dangereuses.»

(Cover Media / Lematin.ch)

Votre opinion