France – Les nouvelles recherches d’Estelle Mouzin n’ont rien donné
Publié

FranceLes nouvelles recherches d’Estelle Mouzin n’ont rien donné

La nouvelle campagne de fouilles pour retrouver Estelle Mouzin, victime du tueur en série français Michel Fourniret, s’est achevée jeudi. Sans succès.

Des gendarmes français effectuaient des recherches dans les Ardennes (F), mercredi.

Des gendarmes français effectuaient des recherches dans les Ardennes (F), mercredi.

AFP

La nouvelle campagne de fouilles menée depuis lundi à Issancourt-et-Rumel (Ardennes) a été suspendue jeudi soir sans avoir permis de retrouver le corps d’Estelle Mouzin, victime présumée de Michel Fourniret en 2003, a-t-on appris auprès des avocats. «C’est terminé, on remballe tout», a déclaré à l’AFP Me Richard Delgenes, l’avocat de Monique Olivier, l’ex-femme du tueur, après avoir quitté le secteur jeudi soir.

Il a affirmé que sa cliente devait être ramenée dans la soirée à la prison de Fleury-Mérogis (Essonne), où elle purge une mesure de sûreté de 28 ans pour complicité dans quatre des meurtres de «l’ogre des Ardennes».

«On est tous convaincus que c’est là»

Me Corinne Herrmann, l’avocate de la famille de la fillette, avait indiqué un peu plus tôt à l’AFP que cette quatrième journée de fouilles n’avait pas permis de retrouver le corps d’Estelle, sans donner plus de détails. «On est tous convaincus que c’est là», a-t-elle toutefois souligné. «C’est cohérent d’être ici, c’est important de mettre les moyens.»

En début de soirée, la pelleteuse mobilisée depuis lundi sur le site des fouilles, le bois communal d’Issancourt-et-Rumel, près de la frontière belge, avait quitté les lieux, a constaté un journaliste de l’AFP. «On a vu tout repartir», a déclaré à l’AFP Ghislain Debaiffe, le maire de la commune.

Le bois d’Issancourt-et-Rumel, village de 400 habitants, a déjà été exploré à plusieurs reprises par les enquêteurs, sur la base d’indications livrées par Monique Olivier. Il s’agissait de la huitième campagne de recherches du corps de l’enfant depuis juin 2020.

Condamné à la perpétuité

Estelle Mouzin avait disparu à l’âge de neuf ans à Guermantes (Seine-et-Marne), le soir du 9 janvier 2003, alors qu’elle rentrait de l’école. Issancourt-et-Rumel se situe à 4 km de Ville-sur-Lumes où, selon Monique Olivier, Michel Fourniret a séquestré, violé et tué la fillette, dans une maison appartenant à sa sœur.

L’ex-femme du tueur en série avait pour la première fois reconnu en avril un rôle dans la séquestration de l’enfant. Elle avait précisé avoir accompagné Michel Fourniret au bord du bois pour le laisser aller enfouir le corps.

Condamné à la perpétuité incompressible pour les meurtres de sept jeunes femmes ou adolescentes entre 1987 et 2001, Michel Fourniret avait fini par avouer en mars 2020 sa responsabilité dans la disparition d’Estelle Mouzin. Il est mort à 79 ans à Paris le 10 mai.

(AFP)

Votre opinion

0 commentaires