Football: De retour aux affaires, Vaduz coule Sion à Tourbillon

Publié

FootballDe retour aux affaires, Vaduz coule Sion à Tourbillon

Les Liechtensteinois sont intraitables en ce début d’année. Ils repartent du Valais bien payés avec les trois points (0-2).

par
Florian Vaney, Sion
Matteo Tosetti et le FC Sion ont souvent manqué le cadre.

Matteo Tosetti et le FC Sion ont souvent manqué le cadre.

Urs Lindt/freshfocus

L’effectif pléthorique du FC Sion offre une particularité intéressante: celle de pouvoir ressortir fréquemment des joueurs qu’on commençait à oublier. Dimanche à l’occasion de la venue de Vaduz en Valais, Fabio Grosso a redonné sa chance à Ivan Martic pour compenser les multiples absences en défense, dont la suspension de Wesley au poste de latéral droit. Sa dernière apparition datait du 23 décembre.

C’est un peu le propre de ce FC Sion version 2020/2021, où tout le monde a sa chance et où les cartes sont souvent rebrassées, pour le meilleur et pour le pire. Même s’il semblerait que l’entraîneur italien des Valaisans commence à avoir trouvé ses hommes forts. Quoi qu’il en soit, cela ne l’a pas empêché de faire part de son agacement à plus d’une reprise dimanche. Sans doute que, comme le reste de l’assistance, il a été trop bien habitué par les premières minutes de son équipe et que les suivantes lui ont paru insipides.

Parce que oui, les Sédunois ont pris ce choc de bas de classement par les cornes, comme pour bien faire comprendre qu’ils voulaient régler cette lutte autour du maintien au plus vite. Une bonne attitude, de la disponibilité, une immense opportunité pour Anto Grgic dès la 6e. Tout partait pour le mieux.

Le truc, c’est qu’en ce moment, le demi zurichois fait office de baromètre du FC Sion. Alors lorsqu’il rate des occasions pareilles, c’est plutôt mauvais pour les affaires valaisannes. Et quand il s’efface peu à peu du jeu comme ça a été le cas face à Vaduz, c’est encore plus problématique. Sion a reculé, perdu de sa fougue et tout s’est compliqué.

En réalité, les Sédunois ont longtemps donné l’impression de se cacher, d’attendre un ballon qui a fini par trop souvent arriver par voie aérienne. À cet égard, le mouvement apporté en certaines circonstances par Lubomir Tupta a fait du bien. C’est d’ailleurs des pieds de l’attaquant slovaque qu’est survenue la plus belle possibilité valaisanne, conclue par un tir croisé de Matteo Tosetti repoussé par l’intérieur du poteau (67e).

Cruelle, tout comme la décision de M. Cibelli d’indiquer le point de penalty sédunois cinq minutes plus tard. Les Liechtensteinois ont célébré ce coup de sifflet comme un but, la transformation de Gabriel Lüchinger comme une victoire: pour la première fois depuis des mois, ils venaient de recoller provisoirement au barragiste de Super League. Et ces trois points, même si cela les a obligés à jouer la montre durant vingt minutes, ils ne les ont pas lâchés, ajoutant même un deuxième penalty par Mohamed Coulibaly à la 92e. Voilà Sion dernier de Super League ex-aequo, éliminé de surcroît en Coupe. Cela ne lui a jamais fait peur, mais on peut penser que ça représente tout de même un sacré gâchis. La suite jeudi, toujours à Tourbillon, contre Lugano.

Sion - Vaduz 0-2 (0-0)

Tourbillon, huis clos. Arbitre: Luca Cibelli.

Buts: 73e Lüchinger, pen. 0-1; 92e Coulibaly, pen. 0-2.

Sion: Fayulu; Martic (77e Khasa), Bamert, Ndoye, Theler (77e Ruiz); Zock (18e Tosetti), Serey Die (77e Uldrikis), Grgic; Clemenza; Karlen, Tupta. Entraîneur: Fabio Grosso.

Vaduz: Büchel; Dorn, Rahimi, Schmid, Schmied (43e Iodice), Obexer; Gomes (69e Coulibaly), Gasser, Lüchinger; Di Giusto; Djokic (75e Ibrisimovic). Entraîneur: Mario Frick.

Avertissements: Grgic (19e, jeu dur), Tupta (31e, antijeu), Bamert (38e, jeu dur), Karlen (77e Wakatsuki) (45e, jeu dur), Iodice (52e, jeu dur).

Ton opinion