Publié

Décès d’Elizabeth IIDe Westminster à Windsor, ce que l’on sait sur les funérailles

Lundi prochain, Elizabeth II rejoindra sa dernière demeure, à Windsor. Avant, les obsèques à l’abbaye de Westminster et une parade dans Londres figureront parmi les points d’orgue de la journée.

Pour ses funérailles, Elizabeth II souhaitait revenir à un endroit pouvant accueillir plus de monde. D’où le choix de l’abbaye de Westminster, ce qui entraîne des préparatifs hors norme.

Pour ses funérailles, Elizabeth II souhaitait revenir à un endroit pouvant accueillir plus de monde. D’où le choix de l’abbaye de Westminster, ce qui entraîne des préparatifs hors norme.

REUTERS

Les funérailles de la reine Elizabeth II auront lieu le lundi 19 septembre, à l’abbaye de Westminster, au cœur de Londres, signant l’aboutissement de plusieurs décennies d’une préparation méticuleuse. Voici ce que l’on sait sur l’organisation de cette journée.

  • De retour à Westminster

La dernière fois que l’abbaye de Westminster a servi aux funérailles d’un monarque, c’était en 1760, pour le roi George II. Depuis, la famille royale britannique lui avait préféré la plus intimiste chapelle Saint-Georges, située dans le château de Windsor. Mais Elizabeth II souhaitait revenir à un endroit pouvant accueillir plus de monde.

La dépouille de la reine, exposée dans le hall du palais de Westminster à partir de mercredi, y restera jusqu’à 6h30 locales (7h30 en Suisse), lundi, pour que les Britanniques puissent lui rendre un dernier hommage.

Le doyen de Westminster, David Hoyle, sera en charge de la cérémonie et l’archevêque de Canterbury Justin Welby, dirigeant spirituel de l’Église anglicane, dont le monarque est le chef, s’occupera du sermon.

  • Affût de canon

Aux alentours de 10h30 (11h30 en Suisse), le cercueil royal sera transporté depuis son catafalque, situé dans le hall du palais de Westminster à une plateforme montée sur un affût de canon, support utilisé pour rejoindre l’abbaye.

Un tel attelage n’a pas été utilisé lors de funérailles nationales depuis 1979, lorsque Louis Mountbatten – oncle du prince Philip, l’époux de la reine – a été tué lors d’un attentat à la bombe de l’IRA, en pleine période des «Troubles» en Irlande du Nord. L’attelage sera tiré non pas par des chevaux, mais par de jeunes marins avec des cordes, comme c’est l’usage pour les funérailles nationales.

Les membres de la famille royale marcheront derrière le cercueil jusqu’à la porte ouest de l’abbaye de Westminster. Celui-ci sera ensuite porté pour monter les quelques marches et traverser la nef, jusqu’à une plateforme située dans le chœur.

  • Voyage à Windsor

Après les funérailles, le cercueil sera remis sur l’affût de canon et paradera dans la capitale britannique, jusqu’à l’arc de Wellington, situé à Hyde Park Corner. Là, il sera chargé dans un corbillard. Arrivé à Windsor, le véhicule se rendra à la chapelle Saint-Georges, en passant par la Long Walk, spectaculaire allée traversant le domaine jusqu’au château, avant une cérémonie retransmise à la télévision. Le roi et d’autres membres de la famille royale se joindront à une procession funèbre pour le dernier stade de l’ultime voyage de la reine.

C’est aussi à la chapelle Saint-Georges qu’ont eu lieu, en avril 2021, les funérailles du prince Philip, époux de la reine, ainsi que le mariage du prince Harry et de l’actrice américaine Meghan Markle. La chapelle est aussi souvent utilisée pour des baptêmes royaux.

  • Dernière demeure

Une ultime cérémonie privée sera organisée plus tard, en présence seule des membres proches de la famille royale. Le cercueil de la reine reposera dans la chapelle du roi George VI, une annexe à la chapelle principale où se trouvent déjà le père et la mère de la reine, ainsi que les cendres de sa sœur, la princesse Margaret. Le cercueil du prince Philip, qui repose pour le moment dans le caveau royal, sera déplacé dans la chapelle pour rejoindre son épouse.

Un défi sécuritaire considérable

(AFP)

Ton opinion

0 commentaires