Cocasse: Débat animé autour d'un nu tombal
Publié

CocasseDébat animé autour d'un nu tombal

L'installation d'une grande statue de femme nue dans un cimetière ne plaît pas à tous à Vaumarcus (NE). Les autorités souhaitent que le monument soit raboté.

par
Renaud Michiels
La statue funéraire représentant une femme nue installée à Vaumarcus mesure quelque 2?mètres de haut.

La statue funéraire représentant une femme nue installée à Vaumarcus mesure quelque 2?mètres de haut.

Jean-Guy Python / Le Matin

Dans la commune de Vaumarcus (NE), le débat politique le plus chaud du moment concerne une statue érigée dans le petit cimetière local au printemps. Une œuvre de quelque 2 mètres de haut en calcaire représentant une femme nue. Qui ne plaît pas à tous. Résultat: des élus locaux se sont demandés si l'installation était légale. Ou ont proposé de la déplacer en périphérie du cimetière. Mais le règlement communal ne contient rien sur la taille ou la forme des monuments funéraires. «La commune ne peut rien faire», a donc fait savoir l'exécutif lors de la dernière séance du conseil général, révélait hier L'Express/L'Impartial .

Malgré son élégance, force est de constater que l'objet du litige détonne parmi les pierres tombales ou croix bien plus sobres. La statue est au centre du cimetière. Grande, nue et d'une blancheur rayonnante. «Je ne vois pas le problème, ça n'a absolument rien de choquant. On trouve d'ailleurs des statues similaires dans beaucoup de cimetière», réagit un curieux croisé hier.

Autre son de cloche auprès d'une habitante passant sur la petite route sous le cimetière. D'où l'on voit émerger la sculpture. «Une statue de femme nue dans un tel lieu, ça me semble inapproprié», lâche-t-elle. «Et je ne comprends pas l'intention. Provoquer?»

Absolument pas, apparemment. La statue orne la tombe d'une femme décédée en 2013 dans sa nonantième année. Elle a été sculptée par son époux et a une grande valeur sentimentale pour la famille, explique un des fils de la défunte dans les quotidiens neuchâtelois. Fils qui se serait manifestement passé de ce débat. «C'est un monument funéraire, un point c'est tout. Au fond ça ne devrait regarder personne. Désolé mais je ne souhaite plus en parler», nous indique-t-il.

Reste que le débat n'est pas clos. «Nous sommes en pleine empathie avec cette famille. Nous l'avons rencontrée et le dialogue était positif et apaisé. Et nous allons la revoir», explique Olivier Bovey, président du Conseil communal.

Pour la convaincre de retirer l'œuvre? «Pas du tout, d'ailleurs je la trouve très jolie», répond M. Bovey, qui cherche plutôt un consensus tout helvétique. «La nudité – habituelle pour une statue – ne dérange pas, c'est la taille qui contrarie. Elle dépasse vraiment. On aimerait donc que ce monument soit raccourci. Il nous semble qu'il est possible d'enlever 30 à 40 cm de socle sans dénaturer la statue.»

A voir si la famille entre en matière. En attendant les autorités ne veulent plus d'un tel cas sur les bras. Elles vont préciser dans le règlement la hauteur maximale des futurs monuments funéraires. «On veut avant tout éviter une sorte de course à la hauteur», note Olivier Bovey. Histoire, comme l'a indiqué une élue locale, de ne pas se retrouver «avec la tour Eiffel la prochaine fois».

Votre opinion