26.09.2020 à 11:49

Hockey sur glaceDébat: qui sera le meilleur Lémanique?

Jusqu’à la reprise du jeudi 1er octobre, nos journalistes de la rubrique hockey sur glace débattent d’un thème d’actualité.

par
Sport-Center
Nos journalistes de la rubrique hockey sur glace.

Nos journalistes de la rubrique hockey sur glace.

DR

La saison dernière, GE Servette avait surpris tout le monde (ou presque). Hormis les abonnés des Vernets, rares étaient les suiveurs à placer les Aigles à la place de meilleure équipe romande. Et pourtant. Pat Emond et la fougue de la jeunesse ont épaté et ils seront attendus au tournant cette saison. Durant l’été, les frères ennemis lémaniques se sont échangés des joueurs. Ainsi Tyler Moy et Joel Vermin sont désormais des Aigles, tandis que Guillaume Maillard, Floran Douay, Tim Bozon et Petr Cajka sont Lausannois. Et dans tout ça, qui sera la meilleure équipe des bords du Léman? On en débat.

Grégory Beaud: Lausanne

Derrière Zoug et Zurich et devant le trio Ambri-Langnau-Rapperswil, les sept autres équipes sont absolument interchangeables, rendant ce championnat très intéressant. Pour la question qui nous concerne, Lausanne part avec une ou deux longueurs d’avance sur les Aigles. Tout d’abord, le LHC a vécu un exercice 2019-2020 très compliqué, mais était encore au contact de GE Servette à six journées de la fin de saison. L’équipe des Vernets, elle, était en surrégime. Si la régression vers la moyenne effectue son œuvre, les positions s’inverseront presque naturellement.

Si la régression vers la moyenne effectue son œuvre, les positions s’inverseront presque naturellement.

Durant l’été, le recrutement a été bien pensé mais si les circonstances ont un peu forcé la main des nouveaux dirigeants. Le caillou dans la chaussure Joel Vermin n’était pas prévu. Le LHC a même perdu en substance en se séparant du Bernois et de Tyler Moy. Ce que les Vaudois ont perdu en qualité, ils l’ont compensé avec une équipe plus homogène qu’auparavant. Un groupe où chacun devrait avoir un rôle précis à jouer. Le pléthore d’attaquants réclamant une place en power-play a fait place à des joueurs un rien plus besogneux. Les Tim Bozon ou Floran Douay ont de quoi évoluer dans un domaine où Ronalds Kenins faisait office d’anomalie. Si l’on ajoute à cela une brigade étrangère bien plus qualitative, les ingrédients semblent réunis pour voir des Lions se mêler à la lutte pour le Top 3.

Tout n’est pas rose à Lausanne pour autant et pour que les Vaudois terminent devant Genève, il y a tout de même une condition majeure qui devra être remplie: l’équipe et le staff devront être en mesure de travailler sereinement. Et je ne parle pas là d’une pression populaire ou d’un contexte lausanno-lausannois soi-disant compliqué. Non. Il faudra que Petr Svoboda sache trouver sa place. Cela peut paraître anecdotique, mais ça ne l’est pas. Si l’aventure s’est terminée de manière aussi compliquée avec Ville Peltonen, c’est également à cause de l’omniprésence (ou omnipotence?) du propriétaire majoritaire. Si Craig MacTavish peut travailler librement, alors Lausanne terminera devant Genève. Mais c’est un «si» majeur.

Cyrill Pasche: GE Servette

GE Servette est la meilleure équipe lémanique. Le seul domaine où le LHC part clairement avec une longueur d’avance? La position de gardien (Tobias Stephan). C’est surtout au niveau offensif que les Aigles ont creusé l’écart avec leurs rivaux grâce à la générosité de la direction sportive du LHC, qui a cédé aux Genevois deux de ses meilleurs attaquants, Tyler Moy et Joel Vermin. Des échanges que les Lions regretteront tôt ou tard cet hiver, d’autant plus qu’ils ont déjà perdu beaucoup de qualité offensive à l’intersaison avec les départs de Dustin Jeffrey et Yannick Herren.

GE Servette est potentiellement la troisième équipe la plus redoutable de la ligue derrière Zurich et Zoug.

Grâce à ces deux arrivées inespérées, mais aussi aux excellentes bases posées la saison dernière par l’entraîneur Patrick Emond, GE Servette est potentiellement la troisième équipe la plus redoutable de la ligue derrière Zurich et Zoug. Si les Aigles, dont la jeunesse et l’insouciance ont fait des merveilles la saison dernière, parviennent à endosser sans se crisper cette nouvelle étiquette de favoris, alors les supporters genevois peuvent s’attendre à vivre une saison grandiose.

Par le passé, le GSHC a toujours su puiser dans son esprit de groupe ce supplément d’âme qui lui a régulièrement permis de renverser des montagnes. Si les principaux renforts (Linus Omark, Moy et Vermin) parviennent à s’imprégner à leur tour de cet état d’esprit et à se fondre dans le vestiaire, GE Servette peut se mettre à rêver de voler aussi haut qu’en 2008 et 2010, dates de ses dernières apparitions en finale du championnat. Il reste bien du chemin à parcourir, mais cette équipe genevoise est bâtie pour tutoyer les sommets et donner des sueurs froides à tous ses adversaires cette saison.

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!
12 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Hans

27.09.2020 à 08:29

en voyant le dernier macht de preparation lausanne GOTTERON on voit que les gardiens font plus que le 50% lausanne avec stephane vous les mettez trop haut au classement j inverserai FRIBOURG et le lausanne hc

CC7

26.09.2020 à 13:49

Geneve-Servette meilleur lemanique et 2e romand derrière Fribourg-Gotteron!

Pat GSHC

26.09.2020 à 13:47

Peut-être que Lausanne part avec un avantage sur le gardien (Stephan). Mais ce n’est plus le Stéphan des années Genève. Si il se blesse est-ce que Bolsahauser peut tenir la baraques je ne pense pas. Gauthier Descloux (Genève) est peut-être jeune mais il a prouvé qu’il peu devenir un numéro 1 dans ligue avec comme doublure Daniel Manzato qui est un gardien d’expérience je miserais sur Genève plutôt que sur Lausanne. Après niveau offensif et défensif c’est égal je pense qu’il seront les deux les équipes les plus proche de l’une à autre.