Publié

Présidentielle américaineDébat télévisé: les candidats républicains se tirent dans les pattes

Le candidat à l'investiture républicaine pour la présidentielle Mitt Romney a vivement attaqué mardi son rival Newt Gingrich lors du débat télévisé musclé. La faute au passé du second dévolu au grand capital.

Hier, lors du débat télévisé, les candidats républicains Mitt Romney et Newt Gringich, ici à l'image, ne se sont pas fait de cadeaux.

Hier, lors du débat télévisé, les candidats républicains Mitt Romney et Newt Gringich, ici à l'image, ne se sont pas fait de cadeaux.

Keystone

«Je ne pense pas que nous puissions reprendre la Maison Blanche si la personne qui mène notre parti est la même qui travaillait pour le lobbyiste en chef de Freddie Mac», a lancé M. Romney à l'endroit de M. Gingrich, le débat à peine commencé.

«Dans les quinze ans qui ont suivi son départ de la présidence de la Chambre des représentants, (Gingrich) a vendu son influence à Washington», a-t-il lancé.

Riposte

«Il a dit au moins quatre choses qui sont fausses», a immédiatement riposté l'intéressé, accusant son adversaire de ne pas dire la vérité. 1,6 million de dollars d'honoraires

Depuis le début de la campagne, l'ancien président de la Chambre des représentants est pris à partie par ses adversaires qui lui reprochent d'avoir touché 1,6 million de dollars d'honoraires de Freddie Mac. Les attaques à son encontre se sont multipliées après sa victoire en Caroline du Sud, samedi.

25 000 dollars par mois

Sous la pression de ses adversaires, son contrat de travail signé en 2006 avec Freddie Mac a été publié lundi à quelques heures du débat. Selon le document de 16 pages publié par son ancienne entreprise, ses honoraires se sont élevés à 25'000 dollars par mois (à peu près autant de francs suisses) pour la seule année 2006.

L'ancien président de la Chambre des représentants assure qu'il n'a fait que facturer «des conseils stratégiques» à l'entreprise et a publié lundi un contrat passé avec le géant du financement immobilier en partie à l'origine de la crise de 2007-2008.

Historien ou consultant?

«Vous avez dit que vous étiez payé par Freddie Mac en tant qu'historien», a accusé M. Romney. «Mais ce contrat ne prouve pas que vous étiez historien. Vous étiez un consultant (...). Vous avez été recruté par le chef des lobbyistes de Freddie Mac!», a-t-il dénoncé.

«Je n'ai jamais fait de lobbying. Rien dans ce contrat n'évoque une activité de lobbying», a riposté M. Gingrich, sur la défensive. «Le fait est que j'ai fourni des conseils stratégiques sur la base de mes connaissances d'historien», a-t-il assuré.

«Je ne vais pas passer ma soirée à essayer de rejeter toutes les fausses accusations du gouverneur Romney. Les Américains méritent un débat sur la manière de battre (le président) Barack Obama», candidat à sa réélection, a-t-il également déclaré.

Romney montre ses muscles

Effacé par la virulence de Newt Gingrich lors des précédents débats, M. Romney semble avoir retenu la leçon et a musclé lundi sa stratégie de communication en rendant coup sur coup aux trois autres candidats encore en lice.

«J'ai appris quelque chose de la dernière primaire en Caroline du Sud, et de (tous les coups) que j'ai reçus. Et je ne vais pas retourner m'asseoir et être attaqué jour après jour sans riposter», a prévenu le milliardaire mormon.

M. Romney, qui concentre depuis samedi ses critiques sur Gingrich, a sorti l'artillerie lourde avec notamment des campagnes télévisées visant explicitement son plus proche rival. «Alors que les familles de Floride ont tout perdu dans la crise de l'immobilier, Newt Gingrich a profité de la situation», pointe-t-il notamment dans un de ses clips de campagne.

Déclaration d'impôts à publier

Ouvertement embarassé lors des précédents débats par des questions portant sur ses impôts, Mitt Romney a promis de publier mardi sa déclaration d'impôts pour l'année 2010 et une estimation des impôts dont il devra s'acquitter en 2011.

Les échanges virulents entre Romney et Gingrich ont largement éclipsé les deux autres candidats encore en lice, l'ancien sénateur de Pennsylvanie, Rick Santorum, qui a remporté les caucus de l'Iowa, et l'élu texan Ron Paul.

Ton opinion