Football: Débordements sur les Champs-Élysées
Publié

FootballDébordements sur les Champs-Élysées

La nuit a été chaude à Paris, suite à la qualification du PSG pour la finale de Ligue des champions. Des policiers ont été pris à partie par des casseurs.

par
Sport-Center
Les CRS ont eu du boulot aux Champs-Élyéses, après la qualification du PSG pour la finale de Ligue des champions.

Les CRS ont eu du boulot aux Champs-Élyéses, après la qualification du PSG pour la finale de Ligue des champions.

AFP

La nuit a été chaude à Paris, et notamment sur les Champs-Élysées, suite à la qualification du PSG pour la finale de Ligue des champions (victoire 3-0 contre le RB Leipzig mardi soir à Lisbonne).

Des feux d’artifice ont été tirés pour fêter le succès parisien, mais les choses ont rapidement dégénéré. Ainsi, un fourgon de police a été pris à partie et caillassé par une quinzaine de casseurs.

D’autres policiers ont également été pris pour cibles par des tirs de feux d’artifice au pied de l’arc de Triomphe, comme indiqué et diffusé par notre confrère français Rémy Buisine. Les échauffourées auraient duré jusqu’à plus de 3 heures du matin.

Le journaliste indépendant Clément Lanot a également publié durant toute la nuit des vidéos montrant à quel point la situation était tendue sur la célèbre avenue de la capitale française. Ainsi la police a-t-elle dû faire des sommations avant de tirer au gaz pour tenter de calmer la situation.

La police a interpellé 36 personnes pour des vols et des violences en marge de ces manifestations de liesse. Les forces de l'ordre déployées en masse sur les Champs-Élysées et autour du Parc des Princes sont intervenues pour «des jets de projectiles divers, des faits de violences sur personne dépositaire de l'autorité publique, outrage et rébellion, et des vols et recels de vols», selon la préfecture de police.

Toutes ces personnes, dont trois mineurs, étaient ce mercredi matin en garde à vue, a précisé une source judiciaire, pour des faits commis principalement entre 1h20 et 3h du matin.Parmi les suspects, 14 se voient reprocher des «violences» sur les forces de l'ordre et 17 sont soupçonnés de «vols aggravés».

Votre opinion

13 commentaires