Mozambique: Débris appartenant peut-être au MH370 disparu

Publié

MozambiqueDébris appartenant peut-être au MH370 disparu

Des morceaux d'avion ont été découverts, mercredi, au large des côtes. Il pourrait s'agir d'une partie de l'appareil porté disparu depuis le 8 mars 2014.

1 / 145
Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

Des objets «probablement fabriqués par l'homme» ont été repérés près du site du crash supposé du vol MH370, dans l'océan Indien, peu après sa disparition. Des scientifiques australiens l'ont révélé mercredi, plus de six mois après la fin des recherches. (Mercredi 16 août 2017)

AP
Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

Dans cette photo d'archives, on voit un officier de l'armée de l'air australienne scruter la surface de l'océan Indien. Les autorités australiennes, chinoises et malaisiennes ont annoncé que les recherches sous-marines étaient suspendues. (mardi 17 janvier 2017)

AP, Keystone
Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

Les proches des passagers ont annoncé samedi leur intention d'entreprendre eux-mêmes des recherches. (Samedi 3 décembre 2016)

Le débris d'un avion retrouvé au large des côtes du Mozambique et qui pourrait appartenir au vol MH370 disparu il y a deux ans a été trouvé et remis aux autorités mozambicaines par un Américain, ont déclaré celles-ci mercredi. «Nous avons reçu cet après-midi un débris d'un avion par un touriste américain nommé Blaine Gibson,» a déclaré Joao de Abreu, président de l'Autorité de l'aviation civile du Mozambique (IACM), précisant que la pièce n'avait pas encore été formellement identifiée.

«Il a dit qu'il marchait sur la plage il y a deux jours et a trouvé le débris près de Vilankulo, sur un banc de sable qui s'appelle Paluma, près de l'île Benguerra (dans l'archipel de Bazaruto)», une destination touristique populaire, a ajouté M. de Abreu, précisant que M. Gibson s'était présenté à l'IACM avec un représentant du consulat d'Australie.

Débris asymétrique

Blaine Gibson est un touriste américain qui tenait un blog à propos des recherches sur le vol MH370, et qui était à la recherche de débris de l'avion disparu.

«Le débris fait 57 cm sur 90 cm. Il est asymétrique, d'un matériau composite et de couleur grise,» a déclaré M. de Abreu, affirmant que la pièce se trouvait toujours au Mozambique.

«Il est prématuré (...) de dire que cette pièce appartient à un Boeing ou à un Airbus ou autre (...) nous allons demander de l'aide afin que des experts l'analysent de manière appropriée,» a-t-il ajouté.

Un stabilisateur

Plus tôt dans la journée de mercredi, le ministre des Transports de Malaisie avait déclaré qu'il était «très possible» que le débris provienne d'un Boeing 777, le même modèle que l'appareil du vol MH370.

La chaîne de télévision américaine NBC s'est référée mercredi à des enquêteurs américains, malaisiens et australiens ayant pu voir des photos de l'objet, qui, selon la chaîne, pourrait être un stabilisateur horizontal d'un Boeing 777.

La découverte de ce débris survient à quelques jours du deuxième anniversaire de la disparition du vol MH370.

239 passagers disparus

Le 8 mars 2014, 239 passagers et membres d'équipage avaient pris place à bord de l'appareil de Malaysia Airlines à Kuala Lumpur, destination Pékin. Sa disparition reste l'un des plus grands mystères de l'histoire de l'aviation civile.

A ce jour, seul un fragment d'aile de l'appareil avait été retrouvé en juillet 2015 sur l'île française de La Réunion, dans l'Océan Indien, mais les conditions de la disparition du Boeing 777 demeurent inconnues.

(AFP)

Ton opinion