Publié

JO 2018Déception pour Cologna, seulement 6e

Le skiathlon a souri à la Norvège qui a réussi le triplé. La Suisse obtient un troisième diplôme olympique à Pyeongchang.

Les Norvégiens ont gâché la fête programmée de Dario Cologna, assez nettement distancé dans le final du skiathlon olympique (30 km) de Pyeongchang. Le Grison est arrivé 6e, à 25 secondes de l'incroyable Norvégien Simen Krueger, médaillé d'or alors qu'il avait chuté et cassé un bâton juste après le départ !

Ce fut une course mémorable. D'une part à cause de la température glaciale (- 12 degrés, plus l'humidité), qui a contraint maints fondeurs à revêtir une cagoule, mais surtout par son scénario. Après 900 m de course, Krueger était largué après sa mésaventure, en avant-dernière position, à une vingtaine de secondes de la tête et juste devant... le Grison Toni Livers, dernier. Il est remonté progressivement pour placer une «mine» dans l'avant-dernier tour, qui a fait exploser quelques cadors, dont Dario Cologna.

Le triple champion olympique du Val Müstair, jusque-là, avait semblé contrôler la course. Il se tenait constamment aux avant-postes, entre la 2e et la 6e places, et tout le monde s'attendait à ce qu'il place un démarrage décisif, comme il l'avait fait il y a quinze jours pour remporter le 15 km de Coupe du monde de Seefeld.

Mais on n'a finalement pas retrouvé l'invincible Cologna du mois de janvier, qui l'avait vu survoler le Tour de Ski, ni celui de Sotchi 2014, (titres sur le skiathlon et le 15 km). Il a lâché sur la fin, usé peut-être par la course d'équipe des Norvégiens, qui avaient plusieurs fers au feu.

Les Scandinaves ont en effet signé le triplé, puisque Krueger - pour sa première participation à une compétition majeure, à 24 ans - a devancé de 8'' son compatriote Martin Johnsrud Sundby et de 9'' Hans Christer Holund. Cologna a encore été devancé au finish par l'athlète olympique de Russie Denis Spitsov (4e, après avoir lui aussi chuté, avec Krueger) et le Français Maurice Manificat (5e).

Pas assez fort

Cologna a accepté son résultat avec beaucoup de sobriété, et sans tourner autour du pot: «Les Norvégiens étaient très forts. Et moi, je n'ai pas eu la force de suivre quand Krueger a attaqué. Mes sensations n'étaient pas trop mauvaises, mais cela n'a pas suffi et il est trop tôt pour dire pourquoi.» Le langage corporel et le ton du Grison laissaient entendre qu'il n'y avait simplement pas grand chose à faire en ce dimanche. Les Norvégiens étaient meilleurs. A noter que Krueger n'a pas disputé le Tour de Ski et qu'il ne compte qu'une victoire en Coupe du monde (contre 25 à Cologna).

Le Norvégien a effectué une fin de course phénoménale en skating, puisqu'il était encore distancé, à 18'', lors du changement de skis (et de style) à mi-parcours. Dario Cologna, déçu mais pas abattu, espère bien sûr que la suite lui sera plus favorable: «Je dois aller de l'avant. Le 15 km m'attend (vendredi), et l'heure est à la récupération. Ce n'est plus le moment de peaufiner la forme», a-t-il observé. En constatant au passage qu'il n'était pas le seul battu du jour. «Alex Harvey et Johannes Klaebo sont aussi derrière», a-t-il dit.

En tous les cas, les conditions étaient équitables, malgré le vent, et Cologna ne s'est plaint ni du froid, ni du matériel. Candide Pralong non plus, du reste. Le Valaisan a fini deuxième Helvète, au 31e rang (à 2'55''). «C'est parti assez fort en classique, mais je n'ai pas paniqué. J'aurais pu espérer me retrouver quelques rangs devant au classement, mais je suis satisfait. Le froid ne m'a pas gêné. Mais la piste était par moments ralentie par la neige fraîche balayée par le vent et qui couvrait la trace», a observé Pralong, qui se réjouit du 15 km libre de vendredi.

(ATS)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!