Suisse: Décès à Lucerne d’une personne vaccinée contre le coronavirus
Publié

SuisseDécès à Lucerne d’une personne vaccinée contre le coronavirus

Vacciné le 24 décembre contre le Covid-19, un patient nonagénaire d’un établissement pour personnes atteintes de démence est décédé cinq jours plus tard, sans preuve pour l’instant de lien de causalité.

Le cas a été annoncé le cas à Swissmedic.

Le cas a été annoncé le cas à Swissmedic.

KEYSTONE

Une personne de 91 ans est décédée à Lucerne après avoir été vaccinée contre le coronavirus, ont indiqué mercredi les autorités. Il n’y a pour l’heure pas de preuve que ce décès soit lié à la vaccination.

Médecin pas contacté

Le département cantonal de la santé a annoncé le cas à Swissmedic, qui a autorisé l’utilisation du vaccin de Pfizer/BioNTech, a-t-il indiqué à Keystone-ATS, confirmant une information publiée sur le site du journal alternatif zeitpunkt.ch. L’agence des produits thérapeutiques a par ailleurs réagi au décès dans la soirée dans un communiqué (voir infobox ci-dessous).

Selon le site, la personne avait été vaccinée le 24 décembre dans un établissement pour personnes atteintes de démence et est décédée cinq jours plus tard. Le médecin du home n’a pas été contacté par l’équipe de vaccination, sinon il aurait pu l’informer que le patient avait réagi négativement au vaccin contre la grippe et qu’il fallait renoncer à toute vaccination, ajoute-t-il.

Pas de lien décelable entre le décès et la vaccination, selon Swissmedic

Swissmedic a jugé «fort improbable» qu’il puisse y avoir un lien entre le décès récent d’une personne de 91 ans et son immunisation avec le vaccin Pfizer-BioNTech.

«Les enquêtes des autorités médicales cantonales et de Swissmedic ont conclu, qu’en raison des affections dont souffrait la personne et du déroulement de sa maladie, qu’il n’y avait fort probablement aucun lien entre le décès et la vaccination», explique l’agence du médicament dans un communiqué en langue allemande.

«Les données très complètes dont on dispose à l’heure actuelle pointe les maladies existantes comme causes naturelles de la mort (de ce patient) et cela a été enregistré de cette manière sur le certificat de décès», précise Swissmedic.

Système informatique

En annonçant l’autorisation, l’Institut suisse des produits thérapeutiques avait indiqué qu’il surveillerait de près la sécurité du produit. Selon les informations disponibles à l’époque, les effets secondaires le plus souvent documentés étaient comparables à ceux du vaccin contre la grippe. Swissmedic a mis en place un système informatique spécial pour l’annonce d’effets secondaires.

(ATS/NXP)

Votre opinion