Décès de Vangelis, compositeur de «Blade Runner» et des «Chariots de feu»
Actualisé

MusiqueDécès de Vangelis, compositeur de «Blade Runner» et des «Chariots de feu»

Selon plusieurs médias, le compositeur grec est mort du coronavirus en France. Il avait 79 ans.

«Le monde de la musique a perdu (l’artiste) international Vangelis.»

«Le monde de la musique a perdu (l’artiste) international Vangelis.»

Wikimedia Commons

Vangelis, le compositeur grec de «Blade Runner», décédé mardi à l’âge de 79 ans, était un pionnier de la musique électronique, oscarisé pour sa bande originale des «Chariots de feu». Sa mort a été annoncée jeudi par le Premier ministre grec Kyriakos Mitsotakis. «Vangelis Papathanassiou n’est plus parmi nous», a-t-il tweeté.

Durant sa carrière de plus de cinquante ans, l’artiste surnommé Vangelis a trouvé son inspiration dans l’exploration spatiale, la nature, l’architecture futuriste, le Nouveau Testament et le mouvement étudiant de mai 1968. Ce génie du clavier autodidacte a toujours aimé multiplier les expériences et était passé avec aisance du rock psychédélique et du synthé à la musique ethnique et au jazz.

«Inspiration orageuse»

Sa bande originale pour «Les Chariots de feu», de Hugh Hudson, a été oscarisée face à la musique de John Williams, réalisée pour le premier film d’Indiana Jones, en 1982. En tête des classements américains, sa composition a été aussi un tube au Royaume-Uni et a été utilisée pour les Jeux olympiques de 2012 à Londres. «Sa maîtrise et son inspiration orageuse dans la création de sons, totalement originales, ont créé un public mondial», a déclaré la ministre grecque de la Culture Lina Mendoni, «il était œcuménique».

Parmi la douzaine de bandes originales qu’il a composées figurent celles du film de Costa-Gavras «Missing», de «1492: Christophe Colomb» de Ridley Scott, de «Lunes de fiel» de Roman Polanski et d’«Alexandre» d’Oliver Stone. Il a également écrit des musiques pour le théâtre et le ballet, ainsi que l’hymne de la Coupe du monde FIFA en 2002.

«Je n’ai jamais étudié la musique»

Evangelos Odysseas Papathanassiou est né en 1943 dans le village d’Agria, près de Volos (centre). Enfant prodige, il a donné son premier concert de piano à l’âge de 6 ans, sans avoir vraiment pris de cours. «Je n’ai jamais étudié la musique», a-t-il confié au magazine grec «Periodiko» en 1988, déplorant également «l’exploitation» croissante imposée par les studios et les médias. «Tu peux vendre 1 million de disques et avoir l’impression que c’est un échec. Ou tu peux ne rien vendre du tout et te sentir très heureux», avait-il dit.

Après avoir étudié la peinture à l’École des beaux-arts d’Athènes, Vangelis a rejoint le groupe de rock grec Forminx dans les années 1960. Leur succès a été stoppé net par la junte militaire en 1967, qui a mis un frein à la liberté d’expression.

Essayant de rejoindre le Royaume-Uni, il s’est retrouvé bloqué à Paris lors du mouvement étudiant de mai 1968, et avec deux autres exilés grecs, Demis Roussos et Lucas Sideras, il a formé le groupe de rock progressif Aphrodite’s Child. Le groupe a vendu des millions de disques avec des succès tels que «Rain and Tears», avant de se dissoudre en 1972. Relocalisé à Londres en 1974, Vangelis a créé les studios Nemo, «un laboratoire du son», producteur de la plupart de ses albums.

«Le succès est doux et perfide»

«Le succès est doux et perfide», avouait le compositeur à la crinière de lion à l’«Observer» en 2012. «Au lieu de pouvoir avancer librement et faire ce que vous voulez vraiment, vous vous retrouvez coincé et obligé de vous répéter», avait-il aussi ajouté.

En 2019, dans une interview au «Los Angeles Times», le musicien affirmait voir des parallèles avec la dystopie décrite dans le film «Blade Runner» de Ridley Scott. «Quand j’ai vu les images, j’ai compris que c’était ça, l’avenir. Pas un bel avenir, bien sûr. Mais c’est vers quoi nous allons», a-t-il déclaré. Vangelis, qui a eu une planète renommée de son nom en 1995, avait une fascination pour l’espace. «Chaque planète chante», avait-il déclaré à ce journal en 2019.

(AFP)

Votre opinion

3 commentaires