23.07.2017 à 20:41

NatationDéjà deux titres pour Ledecky

L'Américaine Katie Ledecky a décroché ses deux premières médailles d'or sur 400 m et sur 4x100 m à Budapest.

Katie Ledecky en pleine action.

Katie Ledecky en pleine action.

AFP

La nageuse Katie Ledecky, qui vise six titres lors des Mondiaux 2017, a décroché ses deux premières médailles d'or sur 400 m et sur 4x100 m à Budapest, où la Suédoise Sarah Sjöström a signé un record du monde sur 100 m libre. En route vers son objectif, Ledecky est déjà entrée dans l'histoire en devenant la première nageuse à décrocher trois titres mondiaux consécutifs sur 400m nage libre.

A 20 ans à peine, l'Américaine, qui a terminé en 3'58''34 se rapproche donc de son pari des six médailles d'or sur une seule édition des Mondiaux, performance réalisée en 2013 par sa compatriote Missy Franklin. Elle compte désormais onze sacres mondiaux puisque cette stakhanoviste de la natation s'est également imposée sur 4x100 m nage libre avec le relais américain. Ledecky a mené la révolte sur le troisième relais pour remonter la Suède, menée par une Sarah Sjöström en grande forme. La Suédoise avait lancé son équipe sur d'excellents rails, prenant un premier relais admirable en devenant la première femme à passer sous la barre des 52 secondes (51''71).

Sun Yang répond présent

Elle efface des tablettes l'Australienne Cate Campbell, dont les 52''06 remontaient à juillet 2016. Mais elle ne fait pas oublier la contre-performance de son équipe, qui termine 5e, laissant l'Australie et les Pays-Bas rejoindre les Etats-Unis sur le podium. Du côté des garçons, le relais américain (3'10''06) a imité les filles en dominant le Brésil et la Hongrie pour s'imposer sur 4x100 grâce au champion olympique 2012 Nathan Adrian.

Plus tôt dans la soirée, le Chinois Sun Yang avait lancé les débats en prenant sa revanche sur l'Australien Mack Horton, qui l'avait devancé d'un souffle aux JO de Rio 2016. En 3'41''38, le Chinois laisse son adversaire australien à plus de deux secondes et décroche du même coup son troisième titre de champion du monde de rang sur la distance, après Barcelone 2013 et Kazan 2015. L'Italien Gabriele Detti, champion d'Europe grand bassin, décroche le bronze.

La victoire est d'autant plus douce pour le controversé Yang, suspendu pour trois mois après avoir été contrôlé positif à une molécule prohibée lors d'un test antidopage en 2014, qu'Horton avait (re)lancé les hostilités vendredi en évoquant «une rivalité entre des athlètes de haut niveau et d'autres qui ont été contrôlés positifs». «Son chrono fait plus mal que la défaite», a concédé Horton. «J'aurais pensé être plus rapide, je me croyais capable de mieux... C'est le début du cycle qui va me mener à Tokyo», où il défendra son titre olympique en 2020.

(si)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!