Football: Déjà sous pression, Alex Frei tape du poing sur la table

Publié

FootballDéjà sous pression, Alex Frei tape du poing sur la table

L’entraîneur du FC Bâle, qui joue déjà gros ce jeudi à Copenhague en Conference League, a écarté l’un de ses leaders pour arrivée tardive à l’aéroport.

par
Simon Meier
Alex Frei a haussé le ton.

Alex Frei a haussé le ton.

IMAGO/Beautiful Sports

Le FC Bâle n’a disputé que quatre matches officiels cette saison. Et à la veille du cinquième, ce jeudi soir contre Brondby à Copenhague lors du 3e tour aller de qualification pour la Conference League, le club rhénan et son entraîneur Alexander Frei se trouvent déjà dans une situation teintée d’urgence. Le quotidien Blick évoque une «semaine de vérité» pour les Rotblau et une «pression énorme» sur les épaules du jeune technicien.

«J’ai conscience que les dix prochains jours seront très intéressants», a commenté Frei, cherchant à dédramatiser et englobant dans sa projection la rencontre du 14 août contre Lugano. Ces dix jours s’avéreront intéressants, surtout si Bâle parvient à trouver la bonne carburation et lancer son exercice pour de vrai. Car dans le cas contraire, l’incendie pourrait vite se déclarer dans un Parc Saint-Jacques qui ne respire pas la sérénité.

En championnat, le FCB n’a récolté que deux points en deux sorties, à Winterthour et contre Servette (les deux fois 1-1). Il n’aura donc pas droit à l’erreur, dimanche lors de la réception des Young Boys, un choc coincé entre les deux manches face à Brondby. Si les Rhénans veulent rivaliser pour le titre national, et c’est censé être le cas, ils devront vite se réveiller.

Mais il n’y a pas que le sport dans la vie et Bâle sera également soumis à un très important enjeu financier lors de la double confrontation face à Brondby. Comme le président David Degen l’avait souligné ce printemps déjà, il compte mordicus sur une participation à la phase de groupes sur le plan européen, afin de mettre du beurre dans des épinards un peu secs - le parcours de la saison passée avait rapporté quelque 10 millions de francs, sans compter les plus-values en termes d’effectif.

Andy Pelmard privé de match

Bref, après trois semaines de compétition, cela sent déjà un peu le roussi sur les bords du Rhin. Pas ravi par l’attitude de ses joueurs jeudi passé à Belfast contre les Crusaders (1-1, victoire 2-0 à l’aller), Alex Frei leur en a demandé plus. Mardi, à l’heure d’embarquer pour le Danemark, le coach a vu une nouvelle occasion de taper du poing sur la table. Arrivé en retard au rendez-vous, le défenseur Andy Pelmard a été prié de rentrer chez lui. 

Le Français de 22 ans, qui fut le joueur le plus utilisé de l’équipe la saison passée, a payé son indiscipline mais aussi, peut-être, l’électricité ambiante. «Les joueurs se doivent de respecter les règles», a argumenté Frei, sans autre précision. L’une des règles les plus importantes dans l’ADN du FC Bâle depuis 2000, c’est de gagner. Si elle ne devait pas être suivie dans des délais assez brefs, la situation pourrait vite tourner au vinaigre.

Ton opinion