03.10.2020 à 00:54

FranceDémantèlement d’un réseau de passeurs pour l’Angleterre

Selon le parquet, une filière d’immigration clandestine faisait traverser la Manche à des migrants sur des petites embarcations. Cinq personnes ont été inculpées.

Fin septembre, la police française évacuait 800 migrants installés près d’un hôpital de Calais. (Photo Bernard BARRON / AFP)

Fin septembre, la police française évacuait 800 migrants installés près d’un hôpital de Calais. (Photo Bernard BARRON / AFP)

AFP

Cinq personnes ont été inculpées vendredi à Lille (Nord), soupçonnées d’avoir organisé une «importante filière» d’immigration clandestine, du littoral du nord de la France vers l’Angleterre sur de petites embarcations traversant la Manche, selon le parquet.

Elles ont été interpellées en France au cours de la semaine, dans le cadre d’une opération coordonnée par l’agence européenne de coopération judiciaire Eurojust et l’agence de police Europol, qui a mené à l’arrestation de 12 personnes au total.

Le réseau comprenait principalement des ressortissants iraniens vivant en France, aux Pays-Bas et au Royaume-Uni, selon Eurojust.

Depuis avril, les enquêteurs français ont «mis en évidence un réseau structuré de passeurs prenant en charge des migrants et leur fournissant des embarcations semi-rigides en vue d’une traversée maritime, leur faisant ainsi courir un risque certain», a rapporté le parquet de Lille dans un communiqué.

Lundi, avec l’appui Eurojust et d’Europol, une opération coordonnée des autorités judiciaires et policières françaises, anglaises, néerlandaises et belges a mené à l’interpellation de trois suspects au Royaume-Uni, deux aux Pays-Bas et sept en France, selon Eurojust.

Le réseau est suspecté d’avoir réalisé d’énormes profits grâce au trafic de migrants, en se faisant payer en moyenne 3000 euros (3200 francs) par personne pour la traversée.

La police a notamment saisi dix canots pneumatiques à moteur, des véhicules, plus de 150 gilets de sauvetage et environ 48’000 euros (51’800) en espèces, selon Eurojust.

(AFP/NXP)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!