Actualisé 03.01.2020 à 13:44

SuisseDémission surprise du patron de Sunrise

Suite à l'échec de la fusion avec UPC Suisse, le directeur de Sunrise Olaf Swantee a démissionné et a été remplacé par André Krause.

Olaf Swantee était le CEO de Sunrise depuis 2016.

Olaf Swantee était le CEO de Sunrise depuis 2016.

Keystone

L'opérateur Sunrise a annoncé vendredi plusieurs départs à sa direction, dont celui du patron Olaf Swantee, plus de deux mois après l'échec de la fusion avec son homologue UPC Suisse.

Olaf Swantee, qui avait rejoint Sunrise en 2016, a été remplacé avec effet immédiat par le responsable des finances André Krause. Le président Peter Kurer et le vice-président Peter Schöpfer ne se représenteront pas, quant à eux, pour un nouveau mandat à la prochaine assemblée générale du groupe en 2020.

Aucune indication n'a été fournie dans le communiqué sur les raisons de ces départs. Sunrise n'a pas non plus apporté de précision quant à la nomination d'un nouveau directeur financier.

«Une décision difficile»

Interrogé par AWP, Olaf Swantee a évoqué «une décision difficile» prise en concertation avec sa famille. Après le rejet de la fusion par les actionnaires, l'ex-directeur général a estimé «qu'il fallait un nouveau CEO qui développera un nouveau plan à long terme pour la société».

Il a applaudi la nomination d'André Krause à la tête de la direction, estimant que ce dernier connaissait particulièrement bien l'entreprise et était en mesure de la développer.

André Krause a rejoint le numéro deux helvétique du secteur en 2011, participant notamment à l'entrée en Bourse de la société et à la cession des antennes de télécommunication.

Le nouveau patron, de nationalité allemande, dispose «d'une vaste expérience» dans le domaine, qu'il a notamment acquise dans ses précédentes fonctions de directeur financier chez Telefónica O2 Germany.

Face à la résistance de certains actionnaires réticents à procéder à une augmentation de capital de 2,8 milliards de francs, principalement l'allemand Freenet, Sunrise avait abandonné en octobre dernier le rachat d'UPC Suisse pour 6,3 milliards.

Analystes divisés

La résiliation de l'accord de vente avec le propriétaire Liberty Global a entraîné le versement au géant américain d'une pénalité de 50 millions de francs. Les analystes n'ont pas été étonnés par cette démission, mais sont néanmoins déçus par le départ d'un responsable perçu comme compétent.

Ces changements «ne sont pas inattendus après l'échec du rachat d'UPC, mais très regrettables vu la stratégie positive d'Olaf Swantee», ont souligné les spécialistes de la banque Vontobel. Le passage de témoin au directeur financier garantit une forme de continuité, mais le groupe doit redéfinir sa stratégie en tant qu'entreprise indépendante.

Malgré ces difficultés, le dividende «attrayant» versé par Sunrise devrait soutenir le cours de l'action, ont estimé dans une note les analystes de l'établissement zurichois. A la Bourse suisse, les investisseurs réagissaient positivement. A 13h19, le titre Sunrise progressait de 0,5% à 76,45 francs, faisant nettement mieux qu'un indice élargi SPI en hausse de 0,05% pour la première séance de l'année.

(ats)

Votre opinion

Trouvé des erreurs?Dites-nous où!