Publié

OlympismeDenis Oswald: «Les alliances politiques prennent trop d’importance»

Le 10 septembre 2013, à Buenos Aires, le CIO élira le successeur de Jacques Rogge à la présidence de l’institution. Parmi les six prétendants, un Neuchâtelois : l’avocat Denis Oswald. Décontracté, entre deux avions, il livre sa vision du royaume du sport. Entretien.

par
Le Matin Dimanche
Denis Oswald profite du calme de son jardin de Colombier (NE) pour se ressourcer et peaufiner le contenu de son manifeste de candidat à la présidence du CIO.

Denis Oswald profite du calme de son jardin de Colombier (NE) pour se ressourcer et peaufiner le contenu de son manifeste de candidat à la présidence du CIO.

Andrée-Noëlle Pot

Depuis deux semaines, Denis Oswald est candidat à la présidence du Comité international olympique (CIO). Si l’avocat neuchâtelois ne part pas favori, il n’entend pas faire de la figuration. S’il s’est lancé, «c’est surtout parce que l’on m’a demandé. Des membres influents du CIO ont estimé que j’incarnais leurs valeurs, proches du sport et moins dans la recherche du pouvoir.»

Votre opinion