Publié

EnvironnementDepuis trois ans, l’apiculture connaît un vrai boom en Suisse

Certains parlent d’un effet de mode, mais les producteurs de miel y voient une réelle prise de conscience. En Suisse, plusieurs formations d’apiculteurs affichent complet, parfois même jusqu’en 2018.

par
Lucien Christen

Difficile à prouver, mais le film «Demain» y est sûrement pour quelque chose. Tout comme les nombreux articles traitant des risques liés à la disparition des abeilles. En tous les cas, le phénomène est là. L’apiculture connaît un essor incroyable en Suisse. En trois ans, la fédération genevoise d’apiculture a vu son effectif croître de 100 membres, soit d’un tiers. Idem en terres vaudoises, où l’on dénombre 1070 apiculteurs membres de la fédération cantonale. On parle de 10 000 colonies vaudoises, pour un minimum de 300 millions d’abeilles.

Selon les apiculteurs de longue date, plus qu’un effet de mode, c’est une véritable prise de conscience environnementale qui s’opère depuis trois ans. Et le profil des passionnés change. L’activité jusqu’ici essentiellement pratiquée par des hommes à la retraite ouvre de plus en plus ses portes aux femmes et aux jeunes. Autre évolution: ce qui était avant tout une passion devient parfois un business convoité. Un phénomène nouveau apparaît: le vol de ruche. Si les apiculteurs romands se réjouissent de l’engouement, ils ont également dû s’y adapter.

Des cours pleins à craquer

«Depuis trois ans, nous comptons 30 nouveaux membres chaque année, se réjouit Pascal Crétard, président de la Fédération genevoise d’apiculture. La plupart de ces personnes suivent la formation de base (elle n’est pas obligatoire, ndlr), qui s’étale sur deux ans et permet, à terme, de gérer seul d’une à dix ruches.» Un phénomène qui dépasse largement les frontières genevoises, comme le souligne Sonia Burri-Schmassmann, présidente de la Société d’apiculture romande (SAR). «Il y a plus de demande qu’il n’y a d’offre. Deux types de personnes s’inscrivent aux cours; ceux qui souhaitent posséder leurs propres ruches et ceux qui veulent simplement approfondir leurs connaissances sur les abeilles.»

Pour en savoir plus, consultez le site du Matin Dimanche, www.lematindimanche.ch, sur votre ordinateur personnel, votre tablette ou votre smartphone. L’application Le Matin Dimanche est toujours disponible sur iPad.

Votre opinion