Vietnam - Dernier adieu à une grande figure du bouddhisme
Publié

VietnamDernier adieu à une grande figure du bouddhisme

Des dizaines de milliers de personnes ont rendu hommage samedi au moine Thich Nhat Hanh, décédé la semaine dernière.

Le cercueil du moine vietnamien Thich Nhat Hanh est transporté au site de crémation dans la province de Hue.

Le cercueil du moine vietnamien Thich Nhat Hanh est transporté au site de crémation dans la province de Hue.

AFP

Des dizaines de milliers de fidèles ont dit un dernier adieu samedi à Hue, dans le centre du Vietnam, à l’un des moines bouddhistes les plus influents au monde, Thich Nhat Hanh, considéré comme le père du concept de «pleine conscience», deux jours avant la cérémonie de crémation.

Le maître zen, une des figures les plus connues du bouddhisme avec le Dalaï-Lama et inlassable militant pour la paix, est décédé la semaine dernière au temple Tu Hieu de la ville de Hue, berceau du bouddhisme vietnamien, à l’âge de 95 ans.

Son corps a été amené samedi matin sur un site de crémation à ciel ouvert. Des dizaines de milliers de personnes, dont des moines bouddhistes en robes jaunes et brunes et des fidèles vêtus de gris, l’ont accompagné. La foule a récité des prières mais contrairement à l’usage lors des funérailles vietnamiennes ordinaires, il n’y a pas eu de discours.

«Nous devons faire nos adieux à notre maître. Il joue un grand rôle dans notre famille, il nous aide à traverser les moments les plus difficiles», a expliqué Do Quan, venu de Hanoï avec son épouse et son fils pour l’occasion.

Concept de «pleine conscience»

Celui qui avait fait connaître en Occident le concept de «pleine conscience» est l’auteur d’une centaine de livres sur ce thème, et il organisait des retraites dans le monde entier. Né en 1926 et ordonné à l’âge de 16 ans, il a fondé une école pour apprendre à de jeunes volontaires comment construire des cliniques et des infrastructures dans des villages ravagés par la guerre.

Au début des années 1970, le moine est parti pour les États-Unis, où il a enseigné dans les prestigieuses universités de Columbia et de Princeton. Après un voyage en 1966 pour rencontrer le leader de la lutte pour les droits civiques Martin Luther King, qui s’est joint à ses appels à mettre fin à la guerre du Vietnam, il n’a pas été autorisé à rentrer dans son pays. Thich Nhat Hanh a alors été contraint de vivre pendant près de 40 ans en exil en France.

«Vous me portez vers l’avenir»

En 1967, Martin Luther King avait proposé son nom pour le Prix Nobel de la Paix, soutenant dans une lettre adressée au comité que «ce doux moine bouddhiste» était «un érudit aux immenses capacités intellectuelles». Les autorités vietnamiennes avaient finalement autorisé son retour en 2018, mais des policiers en civil étaient postés devant le temple où il officiait, pour surveiller ses activités.

«Je ne comprends pas pourquoi, même maintenant, l’État vietnamien n’a pas envoyé de hauts dirigeants pour rendre hommage à ce grand homme», a regretté Nam, originaire de Ho Chi Minh, qui n’a pas souhaité donner son nom complet. «Il méritait beaucoup plus. Mais je pense qu’il n’avait pas besoin de la présence des autorités. Il était parmi le peuple, c’était le plus important».

Des centaines de voitures et de motos, dont beaucoup décorées de fleurs, ont escorté le cercueil du moine jusqu’au lieu de crémation. Le corps sera incinéré dans deux jours.

Quand le cercueil a été déposé dans la chambre de crémation, un moine bouddhiste a pris la parole pour rappeler combien Thich Nhat Hanh était un professeur aimé et respecté, avant de lire un dernier message du maître zen. «Vous prenez ma relève et, d’une manière ou d’une autre, vous me portez vers l’avenir», a lu le moine.

Cendres réparties dans le monde

Le maître a souhaité que ses cendres soient réparties entre le temple Tu Hieu, les différents lieux de son organisation d’enseignement zen à travers la planète ainsi qu’au village des Pruniers, dans le sud-ouest de la France.

À l’annonce de son décès, des hommages ont afflué du monde entier, notamment du Dalaï-Lama, de stars de Hollywood et de hauts dirigeants.

(AFP)

Votre opinion

4 commentaires