Élections: Dernières cartouches pour les Valaisans de Berne
Publié

ÉlectionsDernières cartouches pour les Valaisans de Berne

Franz Ruppen pour l’UDC et Mathias Reynard pour le PS, tous les deux pourraient vivre leur dernière session sous la Coupole.

par
Eric Felley
Franz Ruppen (UDC/VS) et Mathias Reynard (PS/VS) en discussion avec, de dos, Philipp Matthias Bregy (PDC/VS)

Franz Ruppen (UDC/VS) et Mathias Reynard (PS/VS) en discussion avec, de dos, Philipp Matthias Bregy (PDC/VS)

lematin.ch/felley

«La dynamique du premier tour devrait continuer pour pouvoir confirmer mon bon résultat dans le Valais romand». Pour Mathias Reynard (PS/VS), cette session de printemps des Chambres fédérales pourrait bien être la dernière de sa carrière à Berne. Troisième lors du premier tour et mieux élu du Valais romand, il envisage le second tour du 28 mars avec confiance: «Il faut surtout mobiliser, que les gens votent dans le Valais romand, dans les villes, avec les jeunes et les personnes non politisées. C’est comme ça que l’on pourra gagner».

Son collègue Franz Ruppen (UDC/VS) évoque la même mobilisation mais dans un contexte tout à fait différent. Arrivé 6e du premier tour, son fauteuil au Conseil d’État valaisan n’est pas assuré: «Je sens que le Haut-Valais se mobilisera dans un vote ethnique pour sauver ses deux sièges. Je pense aussi faire mieux dans le Valais romand, ce n’est pas difficile au vu des résultats du 7 mars». Mais il n’en dira pas plus sur l’origine partisane des voix supplémentaires qu’il entend engranger…

En Valais, entre les deux tours, les cartes ont été rebattues. Une alliance des partis PS, PLR, et UDC du Valais romand appelle à défendre une répartition au Conseil d’État de 2 PDC (Roberto Schmidt et Christophe Darbellay), 1PLR (Frédéric Favre), 1 PS (Mathias Reynard) et 1 UDC (Franz Ruppen) au Gouvernement. Leur objectif est de faire perdre un siège au PDC, celui revendiqué par le nouveau venu Serge Gaudin. Pendant ce temps, le PDC mène une large campagne tous azimuts pour son candidat décroché au premier tour.

Départements à reprendre…

S’il est élu Franz Ruppen se verrait bien reprendre le Département de la mobilité, du territoire et de l’environnement laissé par Jacques Melly (PDC). Il pourrait couper un jour le ruban de l’A9 dans le Haut-Valais: «Il faudrait rester très longtemps, soupire-t-il. Il faut déjà tout reprendre la traversée du Bois de Finges, où les autorisations ne sont plus valables». Mathias Reynard se verrait bien reprendre le Département de la santé, des affaires sociales et de la culture laissé par sa collègue de parti Esther Waeber-Kalbermatten: «Ce sont trois domaines où il y aura beaucoup à faire ces prochains temps dans les suites de l’épidémie Covid-19».

Élu en 2011 à 24 ans, Mathias Reynard a eu le temps de se faire une place à Berne: «Ce qui me manquera le plus ce sera l’atmosphère de travail, les amitiés et aussi la possibilité d’être le porte-voix de causes». Franz Ruppen siège depuis 6 ans: «Au milieu de la deuxième législature, c’est là qu’on est bien dans un grand groupe comme l’UDC. On connaît les gens, on a sa place et on est constamment sollicité par les médias alémaniques».

S’ils sont élus, ils seront remplacés, l’un par Michael Graber (UDC), l’autre par Emmanuel Amoos (PS), tous deux députés et chef de groupe au Grand Conseil valaisan.

Votre opinion

30 commentaires