Valais: Dernières manœuvres avant la sanction du peuple
Publié

ValaisDernières manœuvres avant la sanction du peuple

En marge de la campagne électorale, l’implication de l’ancien président du Conseil aux États, Jean-René Fournier, fait jaser en Valais.

par
Eric Felley
Conseiller d’État durant 12 ans, conseiller aux États durant 12 ans également, à 63 ans, Jean-René Fournier va-t-il rebondir à la Banque Cantonale du Valais?

Conseiller d’État durant 12 ans, conseiller aux États durant 12 ans également, à 63 ans, Jean-René Fournier va-t-il rebondir à la Banque Cantonale du Valais?

DR

En Valais, le sondage publié le 23 février par les médias valaisans, pronostiquant une défaite du PDC, n’est pas resté sans conséquence sur la suite de la campagne. La perspective de la non-élection du nouveau venu Serge Gaudin a réveillé les instances du parti à tous les niveaux. De nombreux membres ont reçu un appel à l’unité sous forme de SMS, signé par l’ancien conseiller d’État et conseiller aux États, Jean-René Fournier: «Notre liste, j’ose l’écrire et vous pouvez en être convaincu, n’a jamais été aussi forte. Votez et faites voter compact! Merci et bonne journée».

Relayé par le site l’1Dex, cette participation de Jean-René Fournier à l’effort de la campagne ferait l’objet d’un marchandage. «Les mauvais coucheurs, écrit le site, bien ou mal informés, soutiennent que l’ancien Gouverneur mouille la chemise, car le PDC lui a promis un fauteuil à la BCVs (Banque Cantonale du Valais) après les élections.» Il s’agirait également, à terme, de changer l’actuel président de la BCVs, Pierre-Alain Grichting (PLR), sous les feux de la critique pour sa gestion de Provins.

Alors, le PDC promet-il un nouveau fauteuil à Jean-René Fournier? Le président du PDC du Valais romand (PDCVr), Joachim Rausis, tient à contextualiser ce message dans le cadre de la campagne du parti: «C’est le PDCVr qui a envoyé 2 SMS reprenant des phrases de deux personnalités du parti: Marianne Maret, sénatrice du Bas-Valais, et Jean-René Fournier, ancien sénateur du Valais Central. La phrase de Jean-René Fournier est tirée d’une chronique qu’il a écrite pour notre newsletter il y a plus d’un mois et n’est donc pas liée au sondage. Je laisse donc à son auteur la responsabilité des propos contenus dans le texte publié sur ce site, sur la base de cette grosse erreur factuelle».

Le président n’entend pas se prononcer sur une éventuelle nomination à la BCVs. Mais ce ne serait pas impossible puisque quatre sièges du conseil d’administration sont à repourvoir d’ici peu, dont deux reviennent au PDC.

Votre opinion

64 commentaires
L'espace commentaires a été desactivé

Sedunum

05.03.2021, 17:30

Jusqu'au sondage paru dans Le Nouvelliste l'autre jour, le PDC clamait haut et fort que le candidat UDC était PDC-compatible et qu'il fallait en outre élire le candidat radical Favre. Depuis le sondage qui met son troisième candidat à la 6e place, grosse panique au PDC qui crie à tous vents qui faut voter compact. Trop tard j'espère. J'en ris. Qui trop embrasse mal étreint. Non à un gouvernement monocolore. Allons voter contre l'arrogance et les petits copains.

Jchs

05.03.2021, 09:44

Mes bouffées délirantes me reprennent, je ne sais plus où j'en suis, je vis une profonde détresse due à ma trop grande consommation d'alcool.Mes bouffées délirantes me reprennent, je ne sais plus où j'en suis, je vis une profonde détresse due à ma trop grande consommation d'alcool. Wallis uber alles!!!!!!!! F C S I O N F C S I O N

Veisivi

05.03.2021, 09:04

On se dirait en Chine....